La Bourse de Paris voit rouge après une étude de la BCE


Une enquête de la Banque centrale européenne (BCE) écarte la perspective d'un renforcement de son programme de rachat d'actifs et fait plonger la Bourse de Paris. Le CAC 40 recule ainsi de 0,64% pour clôturer la séance du 20 octobre 2015 à 4.673,81 points.  

La BCE fait chuter la Bourse de Paris

 Avant que la BCE n’ancre définitivement le CAC 40 dans le rouge, le ralentissement de la Chine et le recul des matières premières avaient déjà eu un impact négatif sur les cours plus tôt dans la journée. Lafarge cède notamment 1,11% à la clôture de la séance. Saint-Gobain, pénalisé par l’abaissement de la notation d’un analyste, termine lanterne rouge du CAC 40, en repli de 3,32%.

Au sein du SBF 120, les opérateurs satellitaires Eutelsat (- 4,96%) et SES (- 4,15%) subissent également une dégradation du conseil d’un analyste. Le premier finit dernier de l’indice, quand SES accuse la troisième plus forte baisse.

Enfin, Vivendi a démenti les chiffres du quotidien Le Parisien, qui faisait état d’une chute de 10% du nombre d’abonnés de Canal + en septembre. La société de Vincent Bolloré a annoncé avoir demandé une enquête à l’Autorité des marchés financiers (AMF) et a précisé qu’elle déposerait plainte pour « diffusion d’informations trompeuses ». Elle affirme que le nombre d’abonnés de sa chaîne est en réalité « en hausse de plus de 20% ». Le titre prend 0,79%.

La valeur du 20 octobre 2015 : Crédit Agricole

La « Banque verte » a accepté de payer une amende de 787 millions de dollars à la justice américaine, soit 694 millions d’euros, a appris Reuters d’une source proche du dossier. L’opération lui permettra de mettre fin aux enquêtes sur des soupçons d’opérations financières réalisées au bénéfice d’individus ou de pays faisant l’objet de sanctions économiques des Etats-Unis.

Les autorités outre-Atlantique auraient passé un accord de poursuite différée avec Crédit Agricole. Ce type d’accord placerait la banque sous surveillance accrue pendant une période donnée, généralement trois ans, durant laquelle l’établissement risque des poursuites pénales s’il ne se conforme pas aux termes définis par la justice.

La somme que devrait verser Crédit Agricole est largement couverte par la provision de 1,6 milliard d’euros prévue par la société pour l’ensemble de ses contentieux, d’après des analystes. Le cours de l’action cède 0,98%, à 11,05 euros.

EDF : la Chine devrait prendre 33,5% dans le projet d’EPR à Hinkley Point

Les partenaires chinois de l’électricien public devraient participer à hauteur de 33,5% au projet de construction de deux réacteurs nucléaires de type EPR à Hinkley Point, dans le sud-ouest de l’Angleterre, selon Les Echos. D’après le quotidien, deux sociétés chinoises sont associées au projet : le géant étatique CGN et la compagnie publique CNNC, qui participera par l’intermédiaire d’une coentreprise avec CGN.

EDF n’a pas encore confirmé ces informations. Le premier accord avec ses partenaires chinois, passé en 2013, prévoyait de leur confier 30 à 40% du projet. L’opérateur français doit de son côté investir 16 milliards de livres dans Hinkley Point, soit 21,7 milliards d’euros, et 24,5 milliards de livres en incluant le financement. Le titre de l’électricien s’adjuge 0,75%, à 17,35 euros.

Thalès : accord pour le rachat de Vormetric

L’électronicien a signé un accord définitif pour acquérir Vormetric, spécialiste américain de la protection de données. Ce rachat s’élèverait à 400 millions de dollars, soit environ 353 millions d’euros. « L’acquisition de Vormetric est une formidable opportunité d’accélérer la croissance de nos activités de cybersécurité », a déclaré Patrice Caine dans un communiqué.

L’opération permettra de créer « un leader mondial sur le marché de la sécurisation des données », a ajouté le PDG de Thalès. L’entreprise américaine possède un effectif de 200 personnes, pour un chiffre d’affaires qui devrait atteindre 75 millions de dollars pour l’exercice en cours, selon le communiqué du groupe français. La transaction financière doit être finalisée au premier trimestre 2016. La valeur abandonne 0,30%, à 62,09 euros.

JCDecaux en négociations exclusives pour acquérir la totalité de Metrobus

Le spécialiste de la communication extérieure est entré en négociations exclusives avec l’agence Publicis en vue de lui racheter sa part dans le capital de Metrobus, qui opère dans les transports en commun. JCDecaux porterait ainsi sa participation de 33 à 100% dans la régie publicitaire.

Le groupe détient depuis 2005 plusieurs filiales de Metrobus – Mediagare, Mediarail, Média Transports et SMPA – qui reste l’unique régie de la RATP depuis sa création, en 1949. Le réseau qu’elle couvre via les bus, métros et tramways, comprend au total 50 agglomérations et 29 villes en Ile-de-France. Le titre gagne 1,81%, à 36,35 euros, tandis que Publicis engrange 1,22%, à 64,53 euros.

Sartorius relève ses objectifs annuels au regard de ses résultats à neuf mois

Le fournisseur d’équipements pharmaceutiques a publié un chiffre d’affaires de 660,9 millions d’euros au titre des neuf premiers mois de son exercice 2015. Ses ventes ressortent ainsi en croissance de 22,7% à taux de change constant. L’Ebitda courant (excédent brut d’exploitation) s’est également amélioré de 51,9%, à 173,2 millions d’euros.

Le bénéfice net courant de Sartorius décolle quant à lui de 64,8%, à 104,1 millions d’euros. Pour l’ensemble de l’année, la direction a relevé ses objectifs et anticipe désormais une croissance d’environ 20% de son activité à taux de change constant, contre 15% auparavant. La marge d’Ebitda est prévue entre 25,5 et 26%, contre 25 à 25,5% précédemment. Le cours de Bourse bondit de 5,94%, à 298,80 euros, et termine deuxième du SBF 120.