La Caisse d’Epargne veut démocratiser le crowdfunding avec Happy Capital


La Caisse d'Epargne lance une offre de levées de fonds à destination des start-up et entreprises établies innovantes en crowdfunding avec Happy Capital. L'occasion pour la banque de sensibiliser ses clients particuliers au financement participatif en capital. Le partenariat s'insère dans le programme NéoBusiness, nouveau dispositif d'accompagnement bancaire de l'innovation.  

Caisse Epargne se fiance avec Happy Capital

Le crowdfunding en capital est un moyen de mettre en relation les entrepreneurs qui ont besoin de fonds propres et les particuliers qui souhaitent donner du sens à leurs placements financiers. Encore faut-il que les Français et les entrepreneurs connaissent l’existence de ce mode de financement dont le cadre juridique, tout frais, n’est en vigueur que depuis le 1er octobre 2014. Et qu’ils se l’approprient. Une démocratisation qui pourrait bien survenir grâce aux banques.

Après Wiseed et le Crédit Coopératif

Après Wiseed, pionner du financement participatif en fonds propres et le Crédit Coopératif en janvier 2015, c’est au tour de Happy Capital de s’allier avec un grand réseau bancaire, la Caisse d’Epargne. « Happy Capital a vocation à financer tous types de projets quel que soit son stade de vie, sur tout le territoire national, expose Philippe Gaborieau, président-fondateur du site. Je pense que le modèle est vertueux puisque dès qu’une entreprise augmente ses fonds propres, elle se retrouve en capacité de financer son bas de bilan (de faire appel au crédit, NDLR). Notre objectif est de faire en sorte que monsieur ou madame tout le monde puissent ainsi investir dans l’économie réelle. Pour le moment, nos investisseurs sont essentiellement des early adopters. Nous avons une équation à deux inconnues à résoudre : trouver les bons projets et engager les investisseurs. Il y a de très grandes chances que nous y arrivions avec ce partenariat. »

Plateforme de crowdfunding du dispositif NéoBusiness

L’accord ne se résume pas à la visibilité que la Caisse d’Epargne est susceptible d’apporter à Happy Capital auprès de ses clients. La plateforme fait partie intégrante du programme NéoBusiness, nouveau dispositif mis en place par la banque pour accompagner les start-up et les entreprises établies innovantes. « Nous avons la conviction et l’envie de jouer un rôle pour accompagner la vague de l’innovation qui est en train de déferler », résume Cédric Mignon, directeur du développement des Caisses d’Epargne.

Pour ce faire, d’ici la fin du mois de mars 2016, le réseau bancaire va former 50 chargés d’affaires entreprises spécialisés à l’accompagnement des sociétés innovantes en s’appuyant sur une grille d’analyse spécifique basée sur le profil du porteur de projet, le degré d’innovation, la maturité du projet et la pertinence du plan de financement. Oubliée donc la prise en compte de l’historique de l’entreprise. « Nous avons revu avec la direction des risques comment analyser les projets et se passer des 5 bilans habituellement demandés », abonde Cédric Mignon.

Label « coup de cœur » sur Happy Capital

Quand ces chargés de clientèle identifient un besoin de fonds propres dans une entreprise et que celle-ci accepte de faire appel à l’épargne du grand public, Happy Capital s’engage à étudier le dossier et, s’il convient à ses critères, le présente sur sa plateforme. Pour favoriser le bouclage des levées de fonds en crowdfunding et offrir une crédibilité complémentaire auprès des investisseurs potentiels, la Caisse d’Epargne permet aux start-up de bénéficier de notes d’analyse sectorielles de Seventure Partners, société de gestion de fonds de capital-innovation de Natixis (qui, comme les Caisses d’Epargne, appartient au groupe BPCE). « Si les projets s’inscrivent dans l’un des deux principaux domaines d’activité de Seventure, les technologies numériques et les sciences de la vie, ils bénéficient d’une contre-expertise à même de rassurer les particuliers », estime le directeur du développement des Caisses d’Epargne.

En prime, un label « coup de cœur » distinctif sur Happy Capital pourra être décerné par Seventure Partners. Dans ce cas, la Caisse d’Epargne communiquera auprès de ses clients, à commencer par la clientèle de gestion privée capable d’investir sur des produits complexes, pour les encourager à utiliser la plateforme de financement participatif en vue de financer ces projets. Le groupe bancaire entend jouer en quelque sorte un rôle de « tiers de confiance ».

Dispositif dans 8 des 17 Caisses d’Epargne pour commencer

Pour minimiser les risques de défaillance des start-up et PME innovantes, les chargés d’affaires de la Caisse d’Epargne pourront les accompagner dans la recherche de financements publics, au niveau régional, national et européen, souvent « sous-utilisés » et les mettre en relation avec des ETI ou des grands groupes « afin de leur permettre d’accéder à des marchés bien plus larges », espère Cédric Mignon. Dans un premier temps, le dispositif NéoBusiness sera déployé dans 8 des 17 Caisses d’Epargne ayant des métropoles labellisées FrenchTech : Normandie, Lorraine Champagne-Ardenne, Rhône-Alpes, Côte d’Azur, Provence Alpe Corse, Midi-Pyrénées, Aquitaine Poitou-Charentes et Bretagne Pays de Loire.

Avec ce dispositif, Philippe Gaborieau estime pouvoir « aisément multiplier par 10 le nombre de projets susceptibles d’être mis en ligne » sur Happy Capital. Depuis son lancement au printemps 2013, la plateforme a financé 15 sociétés pour un total de 4 millions d’euros.