La collecte repart sur les Livrets A et LDD malgré la baisse annoncée du taux


Les épargnants ont continué de déposer sur leurs Livrets A et LDD en juillet 2013. La collecte sur ces produits d'épargne réglementée a atteint 1,23 milliard d'euros, en dépit de la baisse annoncée de leur rémunération au 1er août.

livret, a, ldd, depot, collecte, juillet

Les Français et le Livret A semblent inséparables. En juillet 2013, les épargnants ont déposé 1,23 milliard d’euros sur leurs Livrets A et leurs Livrets de développement durable (LDD), selon les statistiques de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) publiées le 21 août 2013. Dans le détail, la collecte sur le livret d’épargne préféré des Français a atteint 0,38 milliard d’euros et celle sur l’ex-Codevi 0,85 milliard d’euros. En comparaison, les dépôts cumulés sur ces deux produits d’épargne réglementée s’étaient limités à 0,49 milliard d’euros en juin 2013.

Le désengouement vis-à-vis de ces livrets, prévisible suite à l’officialisation de la baisse du taux d’intérêt du Livret A et du LDD au 1er août, n’a donc pas eu lieu. En chute de 1,75 à 1,25% à compter de cette date, la rémunération tronquée de ces produits laissait légitimement craindre une décollecte sur ces livrets.

Eté propice à la collecte

La collecte nette positive (dépôts-retraits) constitue-t-elle une surprise pour autant ? Pas vraiment à en croire les habitudes des Français, historiquement disposés à déplacer massivement leurs avoirs bancaires vers leurs livrets d’épargne défiscalisée au cours de l’été. De 0,65 milliard d’euros en juin 2012, la collecte sur les Livrets A et LDD était passée à 2,56 milliards d’euros un mois plus tard. Même constat en 2010 et 2011, puisque ces dépôts cumulés avaient cru sur la période, respectivement de 0,19 à 2,35 milliards d’euros et de -0,36 à 1,52 milliard d’euros. Toutefois, ces mouvements s’expliquaient principalement par le relèvement du taux du Livret A et du LDD, de 1,25 à 1,75% en août 2010 et de 2,00 à 2,25% un an plus tard. A l’été 2012, il était resté inchangé, à 2,25%.

Ce n’est donc pas tant l’évolution de la rémunération de l’épargne réglementée qui modifie l’allocation de l’épargne des Français. Le versement d’une partie du 13ème mois pour de nombreux salariés ainsi que la perception des primes liées à l’intéressement pour les employés de sociétés ayant clôturé leurs comptes au 31 décembre 2013 sont des facteurs pouvant expliquer l’afflux d’avoirs dont disposent les épargnants. Leur propension à « faire le ménage » dans leurs comptes en cette période de l’année légitimerait quant à elle la collecte positive des livrets d’épargne défiscalisée.

 

Sur le Livret A et le LDD
Notre fiche pratique Livret A
Tout savoir sur le LDD