La hausse des revenus financiers creuse les inégalités


Les revenus du patrimoine soutiennent la croissance… des inégalités. C’est un des enseignements que l’on peut tirer de l’édition 2014 de l’étude de l’Insee sur le revenu et le patrimoine des ménages. L’Insee parle de « rebond des revenus financiers » en 2011 – année sur laquelle porte l’étude – qui a permis aux Français les plus aisés de creuser encore un peu plus l’écart avec le reste de la population.

 

En 2011, la rémunération des produits de placement a augmenté de 18,4%, après deux ans de récession, alors que les dividendes perçus par les ménages ont crû de 10,3%. Cela a permis à l’ensemble des revenus du patrimoine chez les très hauts revenus de progresser de 2,9% en 2011. Sur la totalité des revenus déclarés en France, la part détenue par le pourcent le plus riche est ainsi passée de 6,8% en 2010 à 7,1% en 2011.

 

Cette corrélation s’explique par le fait que les revenus fonciers, placements financiers et valeurs mobilières (actions, titres) sont davantage répandus chez les Français déclarant le plus de revenus. En effet, plus de 97% des Français ayant déclaré au moins 93.000 euros annuels ont touché des revenus du patrimoine en 2011. A titre de comparaison, cette proportion tombe à 60% pour la « grande majorité » des Français, soit les particuliers déclarant moins de 39.200 euros annuels (90% de la population).

 

A lire aussi :
Les Français toujours confiants dans leurs capacité à épargner

Les Français qui épargnent… et les autres

 

La hausse des revenus financiers creuse les inégalités

Les revenus du patrimoine soutiennent la croissance… des inégalités. C’est un des enseignements que l’on peut tirer de l’édition 2014 de l’étude de l’Insee sur le revenu et le patrimoine des ménages. L’Insee parle de « rebond des revenus financiers » en 2011 – année sur laquelle porte l’étude – qui a permis aux Français les plus aisés de creuser encore un peu plus l’écart avec le reste de la population.

 

En 2011, la rémunération des produits de placement a augmenté de 18,4%, après deux ans de récession, alors que les dividendes perçus par les ménages ont crû de 10,3%. Cela a permis à l’ensemble des revenus du patrimoine chez les très hauts revenus de progresser de 2,9% en 2011. Sur la totalité des revenus déclarés en France, la part détenue par le pourcent le plus riche est ainsi passée de 6,8% en 2010 à 7,1% en 2011.

 

Cette corrélation s’explique par le fait que les revenus fonciers, placements financiers et valeurs mobilières (actions, titres) sont davantage répandus chez les Français déclarant le plus de revenus. En effet, plus de 97% des Français ayant déclaré au moins 93.000 euros annuels ont touché des revenus du patrimoine en 2011. A titre de comparaison, cette proportion tombe à 60% pour la « grande majorité » des Français, soit les particuliers déclarant moins de 39.200 euros annuels (90% de la population).