La recherche pharmaceutique a sa plateforme de crowdfunding


La plateforme de financement participatif spécialisée dans le financement de projets de santé My Pharma Company vient officiellement d'être lancée. A la clé pour l'investisseur, la possibilité de percevoir des royalties sur les brevets déposés.  

Une nouvelle plateforme de crowdfunding dédiée à la recherche pharmaceutique

Les biotechs disposent d’un nouveau canal de financement. La plateforme de crowdfunding My Pharma Company a été officiellement lancée le 8 juin 2015. Une opportunité pour les start-up spécialisées dans le secteur de la santé de financer l’étude de molécules ou de dispositifs médicaux sur l’homme. Plus précisément, les fonds collectés sur le site internet permettront aux biotechs d’assurer la phase IIA de l’étude clinique, c’est-à-dire le passage du test sur l’animal à l’homme.

En échange de leur participation, d’un minimum de 50 euros, les investisseurs obtiennent des points de recherche et développement qui seront transformés plus tard en royalties sur le chiffre d’affaires si le produit vient à être mis sur le marché. « Idéalement, nous visons une rentabilité annuelle de 15% en risque ajusté. Si le projet fonctionne, le rendement envisagé tourne plutôt autour de 30 à 40% », explique le PDG de My Pharma Company Fabrice Beauchêne, interrogé par Toutsurmesfinances.com. Si l’opération paraît alléchante, elle n’est pas dénuée de risque : « Seules deux molécules sur dix entrent sur le marché », confie-t-il. Le taux de réussite pour un dispositif médical est en revanche bien plus élevé, autour des 70% selon le fondateur de la plateforme.

Royalties ou plus-value

Autre élément à prendre en compte pour l’investisseur, la durée de son engagement. Les deux premiers projets mis en ligne sur My Pharma Company dans les prochaines semaines devraient permettre, en cas de succès, aux crowdfunders d’être remboursés à l’horizon 2020-2021 selon Fabrice Beauchêne. « Il reste alors cinq ou six ans aux investisseurs pour faire de la marge », avance-t-il. Mais le retour sur investissement peut prendre moins longtemps. « Sur des molécules, si la phase clinique est positive, nous sortirons du financement et le brevet pourra être racheté par une société pharmaceutique. Cela peut se faire entre 18 mois et 2 ans après l’investissement », illustre Fabrice Beauchêne. A la clé, un taux de retour sur investissement contractuellement fixé à 25% au minimum pour l’investisseur.

Mais avant d’investir dans les premiers projets bientôt mis en ligne par My Pharma Company, à savoir un traitement contre les allergies aux animaux de compagnies et des nano-particules destinées à détecter précisément les tumeurs et faciliter leur élimination, les internautes vont devoir attendre la fin de la première levée de fonds… qui ne concerne ni plus ni moins que My Pharma Company. Pour cette opération d’un montant maximum de 250.000 euros, la plateforme entend bien valider son modèle. Objectif affiché selon Fabrice Beauchêne : « Reverser 2,5% du chiffre d’affaires de My Pharma Company pendant six ans aux souscripteurs. »

A savoir : Côté fiscalité, les gains obtenus sont considérés par Bercy comme des bénéfices non commerciaux, avec un abattement de 34% sur ces revenus jusqu’à 32.900 euros.

Pour en savoir plus sur My Pharma Company
« Un projet efficace se doit d’être rentable »