Le CAC 40 finit dans le rouge, plombé par Wall Street et les télécoms


Alors que l'indice phare de la Bourse de Paris a évolué dans le vert une bonne partie de la journée, il clôture finalement la séance du 1er octobre 2015 en repli de 0,65%, à 4.426,54 points. Altice et Wall Street sont les principaux responsables de ce revirement.  

Le CAC 40 clôture dans le rouge en raison de plusieurs signaux négatifs

L’espoir d’un assouplissement monétaire en Chine a dopé les valeurs liées aux matières premières, lors de la séance du jeudi 1er octobre 2015. De même que la décision de Pékin de réduire de moitié les taxes sur les voitures de petite cylindrée a bénéficié au secteur automobile.

Mais la Bourse de Paris a également vu le secteur télécom chuter, dans le sillage d’Altice, la société du milliardaire Patrick Drahi, qui a annoncé une augmentation de capital de 1,8 milliard d’euros. Orange recule ainsi de 2,40% et Numericable-SFR lâche 5,01%. La publication d’un indice manufacturier décevant aux Etats-Unis a aussi envoyé un signal négatif aux investisseurs.

La valeur du 1er octobre 2015 : Air France

La compagnie aérienne a annoncé l’échec des négociations avec les syndicats de pilotes qui devaient permettre d’engager le plan de restructuration « Perform 2020 ». En conséquence, le transporteur pourrait mettre à exécution son « plan B », qui vise à réduire de 10% son réseau long-courrier d’ici 2017 et implique des suppressions de postes, dont des licenciements secs.

Selon Le Figaro, Air France pourrait annoncer un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) concernant les pilotes, lors du comité central d’entreprise (CCE) qui aura lieu lundi. Ce serait une première pour la compagnie qui a toujours privilégié les départs volontaires, souligne le quotidien. Pour les hôtesses et les stewards, ainsi que les personnels au sol, les départs sur la base du volontariat devraient être privilégiés. Le titre Air France – KLM abandonne 3,96%, à 5,98 euros.

Engie abaisse sa prévision de bénéfice

L’énergéticien a ajusté à la baisse sa prévision de résultat net récurrent part du groupe pour l’exercice 2015, désormais attendu entre 2,75 et 3,05 milliards d’euros, contre 2,85 à 3,15 milliards d’euros précédemment. La société prend en compte l’allongement de la durée d’indisponibilité des réacteurs nucléaires Doel 3 et Tihange 2, appartenant à sa filiale belge Electrabel.

Arrêtées depuis fin mars 2014 pour des tests de sûreté liés à des microfissures, ils ne devraient redémarrer qu’au 1er janvier 2016, et non plus le 1er novembre 2015. Engie estime à 40 millions d’euros par mois en moyenne l’impact du non fonctionnement des deux réacteurs sur son bénéfice. Sa nouvelle prévision repose sur une estimation de résultat opérationnel courant de 6,55 à 7,15 milliards d’euros, contre 6,65 à 7,25 milliards auparavant. Le cours de Bourse lâche 3,39%, à 13,95 euros, et finit lanterne rouge du CAC 40.

Technip : contrat avec ENI pour un champ en Angola

L’ingénieriste pétrolier et gazier a remporté un contrat auprès du géant italien de l’énergie ENI, pour la fourniture d’environ 15 kilomètres d’ombilicaux en acier. Ils serviront à développer un champ pétrolier au large de l’Angola, situé à environ 350 kilomètres au nord de la capitale Luanda et à une profondeur d’eau de 450 à 600 mètres.

« Ce projet fait suite à la réalisation réussie par Technip Umbilicals (filiale du groupe français) de nombreux projets en eaux profondes situés en Afrique de l’ouest, ces dernières années », estime la société dans un communiqué. La valeur Technip bondit de 2,95%, à 43,41 euros, et termine en tête du CAC 40.

Renault : hausse des immatriculations en septembre

Au mois de septembre, le constructeur automobile a enregistré en France une augmentation de 4,9% de ses immatriculations de véhicules pour les particuliers, ce qui représente 41.896 voitures vendues au total. Cette performance est meilleure que celle de son concurrent tricolore PSA Peugeot Citroën, qui réalise une hausse 4% de ses immatriculations, avec 48.117 véhicules vendues.

Elle reste néanmoins inférieure à la progression globale du marché, qui s’élève à 9,1% dans l’Hexagone. Le titre de la marque au losange gagne 1,33%, à 64,85 euros.

Elior acquiert une nouvelle entreprise américaine

Le groupe de restauration collective a fait l’acquisition de l’entreprise américaine Cura Hospitality, pour un montant non dévoilé. La société basée à Pittsburgh, en Pennsylvanie, a généré un chiffre d’affaires de 50 millions de dollars en 2014, soit environ 44,8 millions d’euros, et emploie 690 collaborateurs, indique Elior dans un communiqué.

« Le savoir-faire de Cura Hospitality en matière de services personnalisés et de restauration innovante est en adéquation parfaite avec notre portefeuille d’activités », a déclaré Brian Poplin, le directeur général de TrustHouse Services, filiale d’Elior aux Etats-Unis. Le groupe est présent dans le pays depuis 2013, où il possède désormais près de 9.000 collaborateurs. Le cours de l’action s’adjuge 1,64%, à 17,38 euros.