Le CAC 40 poursuit dans le vert avec Renault en pole position


Dans le sillage de Wall Street, la Bourse de Paris a clôturé en progression la séance du 2 novembre 2015. La croissance de l'activité industrielle dans la zone euro a compensé les chiffres illustrant un ralentissement de l'économie chinoise. Le CAC 40 affiche ainsi un gain de 0,38%, à 4.916,21 points.  

Le CAC 40 entame la semaine dans le vert, tiré par Renault

 

La valeur du 2 novembre 2015 : Renault

Le marché automobile français a connu une très légère hausse en octobre, à laquelle a contribué la marque au losange. Le groupe Renault a ainsi vu ses immatriculations augmenter de 2,9% le mois dernier, à 38.979 voitures particulières neuves, selon les chiffres publiés par le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA). La croissance affichée par la société est supérieure à la progression de seulement 0,6% du marché hexagonal.

Dacia, la filiale roumaine de Renault, enregistre en revanche une baisse de 5,4% de ses immatriculations en France, à 7.331 véhicules neufs. PSA Peugeot Citroën observe également une diminution de 6,3% de ses immatriculations de voitures pour les particuliers, à 47.948 véhicules.

La valeur Peugeot gagne 1,62%, à 16,29 euros, tandis que le titre Renault caracole en tête du CAC 40, avec un bond de 4,22%, à 89,35 euros.

Société Générale va vendre ses parts dans Amundi

L’établissement bancaire a prévu de céder l’intégralité de sa participation dans Amundi, dans le cadre de l’introduction en Bourse de sa filiale de gestion d’actifs qu’elle détient en commun avec le Crédit Agricole SA. La cession de ses 20% du capital représente 33,4 millions d’actions.

Amundi est valorisée entre 7,05 et 8,81 milliards d’euros, avec une mise en vente de ses actions à un prix unitaire compris entre 42 à 52,50 euros. Société Générale peut ainsi récupérer entre 1,4 et 1,75 milliard d’euros à l’issue de l’opération. Le Crédit Agricole SA, quant à lui, cèdera environ 2% de ses parts dans le gestionnaire d’actifs à une filiale d’Agricultural Bank of China. Il restera néanmoins actionnaire majoritaire d’Amundi avec une participation de 74,6 à 77,6% du capital.

Le cours de l’action de la « Banque verte » grimpe de 1,52%, à 11,70 euros, tandis que celui de la Société Générale prend 0,98%, à 42,73 euros.

Vivendi ne s’est pas entendu avec Xavier Niel

Dans une interview au Corriere della Sera, Arnaud de Puyfontaine, le directeur général du groupe de communication et de divertissement, s’est montré catégorique : « Je confirme le plus assurément que Vivendi n’a pas agi de concert avec Niel. » Cette déclaration intervient alors que le fondateur de Free, Xavier Niel, a potentiellement mis la main sur 15% des titres de Telecom Italia, grâce à des options.

Ces derniers temps, Vivendi est monté à plusieurs reprises au capital de l’opérateur italien, dont il détient aujourd’hui 20,03%. Pour éviter de se faire dépasser par Xavier Niel, la société de Vincent Bolloré envisage d’augmenter sa participation jusqu’à 24,9%, limite au-delà de laquelle elle serait contrainte de lancer une OPA sur le reste des actions, rapporte Le Figaro. La valeur cède 0,52%, à 21,80 euros.

LVMH : Sephora envisage de s’implanter en Iran

La chaîne de parfumerie Sephora prévoit de s’implanter en Iran en 2016, rapporte Reuters. La filiale de LVMH pourrait ainsi capter l’énorme potentiel de ce pays, deuxième marché cosmétique du Moyen-Orient. « Ils sont en train de finaliser leurs discussions avec un partenaire », a déclaré une source proche du dossier. Et d’ajouter : « Ils espèrent ouvrir plusieurs magasins à partir de 2016. »

Sephora pourrait donc être l’une des premières grandes enseignes occidentales de cosmétiques à s’installer en Iran. La chaîne possède déjà près de 2.000 points de vente dans le monde. La valeur du groupe LVMH, numéro un mondial du luxe, abandonne 1%, à 167,90 euros, pour terminer lanterne rouge du CAC 40.

JCDecaux : rachat des activités latino-américaines d’Outfront Media

Le spécialiste de la publicité sur mobilier urbain a conclu un accord pour l’acquisition de l’activité latino-américaine d’Outfront Media. L’opération représente un montant de 82 millions de dollars, soit environ 74,4 millions d’euros, « sous réserve d’ajustements de fonds de roulement et de dettes », précise JCDecaux dans un communiqué.

Cette transaction doit être finalisée au cours du premier semestre 2016. Les revenus d’Outfront en Amérique latine s’élevaient à 72,5 millions de dollars en 2014, soit environ 65,8 millions d’euros. Le cours de l’action JCDecaux SA s’octroie 0,16%, à 37,11 euros.