Le CAC 40 poursuit son rebond, avec Carrefour en tête


Après Casino hier, c'est au tour de Carrefour de tirer la Bourse de Paris vers le haut. Le CAC 40 engrange ainsi 0,59%, à 4.702,79 points. Les valeurs du luxe, refroidies par le ralentissement de la Chine et l'avertissement sur ses résultats du groupe allemand Hugo Boss, limitent en revanche la progression de l'indice. Kering (-2,79%) termine lanterne rouge quand LVMH lâche 1,59%.  

Le CAC 40 clôture la semaine dans le vert

 

La valeur du 16 octobre 2015 : Carrefour

Le distributeur affiche une croissance organique de 4,2% de ses ventes pour le compte du troisième trimestre 2015, à 21,54 milliards d’euros. Son activité progresse notamment à l’international, où elle ressort en hausse de 6,2%, à 11,28 milliards d’euros, tandis que son chiffre d’affaires s’améliore de 1,6% en France, à 10,27 milliards d’euros.

Dans les autres pays d’Europe, « la reprise se confirme et la croissance organique s’accélère, à + 3,5% », indique le groupe dans un communiqué. Les ventes en Amérique latine décollent quant à elles de 16% à taux de change constants. La dépréciation du real brésilien a néanmoins impacté l’activité de la société : le chiffre d’affaires enregistre ainsi une baisse globale de 2,8% dans la région.

Sur les neuf premiers mois de son exercice, Carrefour a réalisé des ventes organiques en augmentation de 3,4%, tous secteurs géographiques confondus. Ses revenus atteignent 63,86 milliards d’euros. Le titre bondit de 6,6%, à 28,98 euros, et finit en tête du CAC 40.

Montupet convoité par l’équipementier Linamar

L’équipementier automobile est convoité par son concurrent canadien Linamar, qui a officialisé son intention de le racheter pour un montant de 771 millions d’euros. L’entreprise nord-américaine propose un prix de 71,53 euros par action en numéraire, soit une prime de 15,5% par rapport au cours de Bourse de Montupet avant la suspension de sa cotation jeudi matin. Les négociations sur le titre ont recommencé ce vendredi.

Linamar compte en outre reprendre les 65 millions d’euros de dette du groupe français, dont le conseil d’administration soutient l’opération. La société canadienne a prévu de lancer son offre début décembre 2015. Le titre Montupet s’envole de 14,9%, à 71,16 euros, et caracole en tête de l’indice SBF 120.

Nexans poursuit sa restructuration pour s’adapter au marché

Le fournisseur de câbles électriques a fait part d’un chiffre d’affaires en baisse organique de 0,3% au troisième trimestre 2015, à 1,12 milliard d’euros. « La légère décroissance résulte de l’effet conjugué du ralentissement de la demande de câbles bâtiment en Europe (notamment en France) et du recul anticipé des débouchés liés aux secteurs miniers et pétroliers », explique Nexans dans un communiqué. Sur les neuf premiers mois de l’année, l’activité du groupe s’affiche en repli de 0,6%.

La poursuite de la restructuration des activités de la société doit néanmoins avoir un effet positif sur ses marges d’ici la fin de l’année. L’entreprise compte réduire de 100 millions d’euros ses coûts fixes d’ici fin 2017, indique Reuters. Elle devrait procéder à 500 nouvelles suppressions de postes en Europe. Le titre grimpe de 3,65%, à 35,05 euros, et affiche la cinquième plus forte progression du SBF 120.

Rémy Cointreau : des ventes organiques encore en baisse

Le producteur de spiritueux a totalisé 277,5 millions d’euros de ventes au deuxième trimestre de son exercice 2015-2016, en baisse organique de 3,2%. Ses revenus s’élèvent à 500,7 millions d’euros sur l’ensemble du premier semestre, en repli de 5,9%.

« Conformément à nos attentes, le deuxième trimestre est en amélioration par rapport au premier et le deuxième semestre devrait confirmer cette tendance positive », indique la société dans un communiqué. La demande « reste excellente aux Etats-Unis et la Chine continue de donner des signes d’amélioration graduelle », précise également le propriétaire du cognac Rémy Martin et de la liqueur Cointreau. La valeur cède 2,44%, à 60 euros, et accuse l’une des plus fortes baisses du SBF 120.

Accor rachète 43 hôtels à Foncière des Régions

L’opérateur hôtelier a annoncé le rachat de 43 hôtels, comprenant pas moins de 4.237 chambres, auprès de Foncière des Régions. L’opération représente un montant total de 281 millions d’euros. « Ces établissements, situés en France, étaient exploités depuis 2005 et 2007 par AccorHotels au travers de contrats de location variable sous les enseignes ibis budget, ibis, Novotel, Mercure, Pullman et Sofitel », précise Accor dans un communiqué.

La finalisation de cette transaction financière est prévue pour le premier semestre 2016. Le cours de l’action s’adjuge 0,81%, à 42,13 euros.