Le « plan B », une arnaque à l’épargne selon les autorités financières


L'Autorité des marchés financiers, le régulateur de l'assurance et la répression des fraudes alertent les épargnants sur le « plan B » proposé par plusieurs sites internet. Présenté comme une alternative au Livret A avec des rendements élevés sur une période courte, cet investissement est à proscrire selon ces instances.  

Le « plan B » n’est pas aussi sûr qu'un Livret A, loin de là

Avec le plan B, « des gains pouvant aller jusqu’à 15 % à 20 % du capital sont possibles », promet le site Boursebinaire.fr dans un article publié le 22 octobre 2015. Mais pour les autorités financières, les particuliers ne doivent pas céder à la tentation de « rendements irréalistes ».

Dans un communiqué commun publié le 14 décembre, l’Autorité des marchés financiers (AMF), l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) et la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) alertent les épargnants sur le caractère très risqué de l’offre mise en avant par plusieurs sites internet. Le « plan B » évoqué par des plateformes telles que leplanb.biz, Interactiveoption.com et Boursebinaire.fr se résume en effet à « miser sur des options binaires », un investissement ô combien risqué selon l’AMF. Et ce alors même que la communication faite autour de ce produit met en balance le « plan B » avec… le Livret A, un placement à capital garanti qui ne fait courir aucun risque à l’épargnant. « Le Livret A est mort Vive le plan B », « Comment passer de 0.75% de rendement par an à plus de 12% », pouvait-on ainsi lire dans les communiqués reçus par les membres de la rédaction de Toutsurmesfinances.com.

Le gendarme de la Bourse, qui met très régulièrement à jour la liste des sites qui proposent des options binaires sans y être autorisés, souligne « le caractère très risqué des offres proposées (options binaires) mais également le déséquilibre des communications et l’absence de mention des risques ». Par ailleurs, l’AMF et l’ACPR rappellent que les conseillers que les sites vantant le « plan B » proposent de contacter n’ont « en aucun cas » été approuvés par les régulateurs : « Cette mention faite sur leur site est mensongère. »

Plus généralement, les autorités insistent sur plusieurs éléments de base à prendre en compte pour le grand public. Au classique « il n’y a pas de rendement sans risque », l’ACPR, l’AMF et la répression des fraudes ajoutent « n’investissez que dans ce que vous comprenez » et appellent les épargnants à collecter « un maximum d’informations sur les intermédiaires qui proposent le produit ».