Le salon Fiscap ouvre ses portes le 5 et 6 avril 2012 au Palais des Congrès à Paris


Fiscap, le salon de l'ingénierie patrimoniale et fiscale, se déroule les jeudi 5 et vendredi 6 avril de 9h à 19h au Palais des Congrès de Paris. Ce salon accueillera environ 80 professionnels de la finance tels que des banques privées, des family offices ou encore des conseillers en gestion de patrimoine (CGP). Saskia Paulmier, organisatrice de l'événement, dévoile quelques nouveautés.

 

Salon réservé aux investisseurs qualifiés ? « Le salon est accessible à tous, un particulier pourra rencontrer un conseiller en gestion de patrimoine pour l’aider dans sa gestion mais il est vrai qu’un investisseur qualifié trouvera plus facilement des solutions d’investissement à sa dimension », affirme Saskia Paulmier. L’organisatrice reconnaît que l’événement se professionnalise avec des visiteurs détenant un niveau de connaissances financières de plus en plus élevé.

Quelques nouveautés

Fiscap a également mis en place quelques nouveautés par rapport aux éditions précédentes notamment « les rendez-vous experts », d’une trentaine de minutes programmés à l’avance via Internet. Par ailleurs, les autres grandes nouveautés sont les différents partenariats signés pour l’occasion. Le salon collaborera notamment avec le Moniteur du commerce international (Moci) qui animera des conférences autour de l’Europe, des solutions d’après crise ou encore de l’exportation des petites et moyennes entreprises (PME). Le Luxembourg sera également mis à l’honneur à travers la présence accrue de la Chambre de commerce du Grand-Duché et celle du Prince du Luxembourg. « Le Luxembourg a un message à faire passer, il souhaite promouvoir sa place financière mais également mettre en avant ses compétences en matière de gestion financière », précise Saskia Paulmier.

La crise n’affecte pas le salon

Les inscriptions sur Internet pour assister à ce salon donne déjà le ton et les premières tendances, selon l’organisatrice. « Les investisseurs potentiels sont toujours là. Nous pensions qu’ils allaient afficher une certaine forme d’austérité en essayant de sécuriser au maximum leurs investissements. Nous nous sommes trompés, ils désirent financer l’économie et contribuer à la dynamisation du tissu économique », apprécie Saskia Paulmier. « Ils ne sont pas frileux, l’investissement moyen potentiel est pour l’heure d’environ un million d’euros » souligne Saskia Paulmier.

Pour s’inscrire et obtenir un prix préférentiel : 
>> Cliquer sur ce lien