Le taux d’épargne encore en baisse en 2013


Le taux d'épargne des Français enregistre une nouvelle baisse en 2013 et ce pour la troisième année de rang. Un désintérêt pour l'épargne qui s'explique en partie par une faible rémunération des livrets réglementés.      

Epargne livret A

Pour la troisième année consécutive, le taux d’épargne des Français est en berne. Amorcée en 2011 (-0,2%), la baisse s’est poursuivie en 2012 (-0,4%) et en 2013 (-0,1%), selon les données des comptes de la Nation publiés par l’Insee le 15 mai 2014. Les Français ont puisé dans leur bas de laine ces trois dernières années pour se tourner vers la consommation (+0,2% en 2013, contre -0,5% en 2012).

 

Le taux d’épargne dans l’Hexagone se monte ainsi à 15,1% du revenu disponible brut en 2013, contre 15,2% en 2012 et 15,6% en 2011. Ce pourcentage n’a eu de cesse de chuter en 2013, passant de 15,1% au troisième trimestre à 14,7% au dernier trimestre. A noter cependant que ces données ont été recalculées par l’Insee suite notamment à un changement de bases des comptes nationaux et une révision des revenus de propriété (dividendes). Une fois recalculé, le taux d’épargne annuel 2013 est passé de 15,6 à 15,1%, celui de 2012 de 15,6 à 15,2% et de 16,0 à 15,6% pour 2011.

 

Des rendements faibles

Cette tendance à la baisse s’explique notamment par des rendements peu élevés servis par les livrets réglementés. Ainsi, le Livret A et le LDD affichent un taux de 1,25% depuis le 1er août 2013. Pourtant, soucieux de préserver le pouvoir d’achat des ménages, Bercy a donné un coup de pouce aux épargnants et n’a pas suivi les recommandations de la Banque de France qui l’enjoignait à baisser ce taux.

Si l’on se base sur ces nouvelles données, le taux d’épargne prévu par Bercy dans les annexes du projet de loi de finances ne s’élèverait plus à 15,5% mais à 15% en 2014.