Le taux du Livret A et du LDD gelé à 0,75% jusqu’en janvier 2020


Le gouvernement a décidé de conserver le taux d'intérêt du Livret A et du Livret de développement durable et solidaire (LDDS, ex-LDD) à 0,75% jusqu'au 31 janvier 2020. Si la nouvelle formule de calcul du taux était appliquée immédiatement, le taux du Livret A serait inférieur au taux actuel.  

Pas de bonne nouvelle pour les détenteurs d’un Livret A et d’un Livret de développement durable et solidaire (LDDS, ex LDD).

Gel du taux du Livret A et du LDD en 2018-2019

Après avoir décidé un gel pour une durée de 6 mois au 1er août 2017, le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire a fait le choix de ne pas relever le taux d’intérêt de ces livrets défiscalisés au 1er février 2018… ni même pendant toutes les années 2018 et 2019, ce jusqu’au 31 janvier 2020. Leur rémunération reste ainsi fixée à 0,75% net, comme depuis le 1er août 2015. Un taux acté par un arrêté paru au Journal officiel le 2 décembre 2017, qui fixe le taux du Livret A « pour la période du 1er février 2018 au 31 janvier 2020 ».

Taux en baisse avec la nouvelle formule de calcul

Contrairement aux coups de pouce accordés par le passé aux épargnants, ces derniers n’ont pas à se réjouir. La nouvelle formule de calcul du taux s’avère plutôt défavorable aux épargnants, les dispositions assurant une protection contre l’inflation ayant été supprimées. En l’appliquant (sur la base des paramètres connus début 2019), le taux du Livret A serait inférieur au taux actuel avec un taux de 0,70%.

Cependant, le taux du Livret A et du LDD restera inchangé durant les 2018 et 2019, le gouvernement ayant choisi de déroger à l’application de cette formule au travers du gel du taux de rémunération. L’exécutif a même suspendu la faculté offerte au ministre de l’Economie de réviser les taux en cas de circonstances exceptionnelles ou si la Banque de France estime que la variation de l’inflation ou des marchés monétaires est très importante, du 1er février 2018 au 31 janvier 2020.

A partir du 1er février 2020, le taux du Livret A pourra de nouveau évoluer mais ne pourra pas être inférieur à 0,50%. Important à noter, il ne protègera plus l’épargne des Français contre la hausse du coût de la vie, la protection vis-à-vis de l’inflation ayant été supprimée de la formule de calcul.

Avantage réduit par rapport aux livrets bancaires

Si le maintien du taux du Livret A et du LDD fait évidemment des malheureux, certains peuvent s’en réjouir. C’est notamment le cas du secteur du logement HLM, qui se finance en partie grâce aux avoirs des Français collectés sur ces livrets et centralisés sur le fonds d’épargne de la Caisse des dépôts et consignations (CDC). En effet, un maintien du taux du Livret A et du LDD évite de renchérir le coût du financement du logement social par rapport aux taux de marché. Il permet aussi de ne pas pénaliser les comptes sur livret (CSL) imposables des banques, dont le désintérêt aurait pu s’accentuer si le taux du Livret A était remonté à 1%, alors qu’ils ne rapportent plus que 0,3% en moyenne.

Taux net du PEL pénalisé par la fiscalité

Un épargnant souhaitant ouvrir un plan épargne logement (PEL) en 2019 n’aura pas intérêt à le faire pour sa rémunération. Cette année, la rémunération de leur plan est maintenue à 1% brut de prélèvements sociaux. Mais le rendement net est affecté depuis le 1er janvier 2018 soit par la hausse de la CSG (contribution sociale généralisée) pour les PEL ouverts avant le 1er janvier 2018 (soit un taux net de 0,83%), soit par la flat tax (prélèvement fiscal et social de 30% sur les revenus du capital) pour les PEL ouverts depuis cette date (soit un taux net de 0,70%). Cette modification a été mise en place suite à l’adoption et à la promulgation de la loi de finances pour 2018.

À noter : le taux du PEL étant dépendant de la date d’ouverture, la rémunération est plus élevée pour un ancien PEL ouvert avant le 1er août 2016 (par exemple : 2,50% brut entre le 1er août 2003 et le 31 janvier 2015).