« Le vin, un placement liquide et plus rentable que le CAC 40 »


INTERVIEW - Placement plaisir par excellence, le vin peut aussi être un investissement de diversification rémunérateur à condition de se montrer patient, comme l'explique Franck Nogues, fondateur de Patriwine. La fiscalité devrait toutefois être moins favorable à partir de 2014.

Placement dans le vin, pcomment investir ?

Toutsurmesfinances.com : Investir dans le vin, est-ce un placement rentable ?
Le vin est un actif réel et tangible où l’investisseur va chercher à générer de la plus-value. Les performances sont au-rendez-vous : sur les 9 dernières années, les grands vins ont rapporté un peu plus de 11% de rentabilité annuelle en moyenne, selon l’indice Liv-ex Fine Wine 100 qui reflète l’évolution des cours des 100 plus grands crus. Dans le même temps, le CAC 40 ne gagne qu’un peu moins de 1%.

 

« Toute bouteille bue ou collectionnée fait monter les cours »

Cette hausse est-elle le signe d’une bulle spéculative sur les vins fins ?
C’est simplement le reflet de la différence entre l’offre et la demande. L’offre de vins premium se réduit : les grands châteaux diminuent leur production pour améliorer leur qualité. Et plus on avance dans le temps plus la rareté s’installe, ce qui est une caractéristique propre au vin. Toute bouteille bue ou collectionnée diminue l’offre, ce qui fait monter les cours. Pendant ce temps, la demande ne cesse d’augmenter. Elle est mondiale, les grandes fortunes sont de plus en plus nombreuses, le vin est considéré comme un produit d’exception. Un nouveau riche veut s’offrir un bateau, des voitures de sport, de belles montres de luxe… et une belle cave.

 

Les cours ont baissé de 2,5% en novembre 2013 et le marché a déjà connu un important trou d’air en 2011. La volatilité semble importante…
Le marché vient de connaître un accès de faiblesse dans le sillage des mesures de rétorsion prises par la Chine en réponse aux taxes anti-dumping provisoires imposées par l’Union européenne aux exportateurs chinois de panneaux solaires photovoltaïques. Mais la demande globale est structurellement haussière, elle repart dans les principaux pays importateurs.

 

Le vin d’investissement est-il un placement liquide ?
Nous traitons avec les courtiers de la Place de Bordeaux où plus de 2 milliards d’euros sont négociés chaque année, la revente d’une caisse ne pose donc aucun problème. La vitesse d’exécution d’une vente n’est pas comparable à celle d’un ordre passé en Bourse : comptez en moyenne 15 jours. Ce délai fait tout du même du vin un placement assez liquide. Mais pour réaliser de belles-plus-values, la durée d’investissement recommandée est supérieure à 4 ans, pas moins. Il faut attendre que la rareté d’un vin s’installe. Et votre horizon d’investissement est nécessairement plus long pour un vin acheté en primeur.

 

« Le délai d’exonération fiscale porté de 12 à 22 ans en 2014 »

Quel est le régime fiscal applicable ?
La fiscalité est celle des biens meubles. Le taux de taxation est de 34,5% (19% plus 15,5% pour prélèvements sociaux) mais ne s’applique qu’au-delà d’un seuil de cession de 5.000 euros par facture. Il est donc possible d’effectuer plusieurs ventes au cours d’une même année sans taxation. Au-delà d’une franchise de 2 ans, votre plus-value bénéficie d’un abattement linéaire de 10% par année de détention. 12 ans après votre achat, vous êtes exonéré. La loi de finances 2014 actuellement débattue au Parlement prévoit de réduire cet abattement de 10 à 5% par an l’an prochain. Le délai d’exonération fiscale sera porté de 12 à 22 ans.

Quels sont vos conseils d’achat, vos coups de cœur du moment ?
Nous ne proposons que des grands crus classés du Bordelais et depuis peu du Champagne millésimé dont la rareté est intrinsèque et va en s’accentuant à mesure que les grandes maisons montent en gamme. Parmi les grands Bordeaux, nous nous intéressons aux millésimes 2005, 2009 et 2010. Notre stratégie d’investissement consiste à se positionner uniquement sur les châteaux qui disposent d’une puissance de feu marketing à même d’accéder à une demande mondiale, comme le Château Cheval-Blanc détenu par Bernard Arnault et Albert Frère, Pape Clément grand cru classé de Graves de Bernard Magrez ou Château Latour dont le propriétaire est François Pinault. A mon avis, le Château Angelus 2009 présente un potentiel d’appréciation remarquable : il a été promu grand cru classé A de Saint-Emilion en 2012 et c’est le moins cher de la catégorie. La logique veut que cette décote par rapport aux châteaux Ausone et Cheval-Blanc se résorbe.