Lendix : « Prêter aux TPE-PME avec 4 à 8% de rendement brut »

Partagez

INTERVIEW - Lendix est une plateforme de prêts dédiée au financement participatif des TPE-PME en phase de lancement, créée par les associés de la société de capital-investissement 123Venture. Son président Olivier Goy explique la genèse du projet et l'intérêt partagé pour les investisseurs et les entreprises.

Lendix, nouveau site de crowdfunding de prêt aux TPE-PME

 

Toutsurmesfinances.com : Lendix, votre plateforme de prêt aux entreprises, va bientôt voir le jour. Pourquoi ce lancement ?

Olivier Goy, président de Lendix : En 2000, j'ai lancé 123Venture avec l'idée de démocratiser la classe d'actifs du capital-investissement qui était jusque-là fermée, réservée à quelques happy few. Nous avons démontré notre capacité à attirer des investisseurs en nombre, avec 1,15 milliard d'euros sous gestion, 60.000 clients privés et un réseau de 800 distributeurs.
Nous avons l'ambition de faire de même dans le crowdfunding sur un marché plus vierge encore que celui des FCPR et FCPI il y a 15 ans. Lendix est une plateforme de prêt direct aux TPE-PME qui sont encore totalement dépendantes des banques. Ce marché représente entre 80 et 100 milliards d'euros de prêts nouveaux émis par an.

Comment allez-vous procéder ?

Lendix va sélectionner des projets à financer, assurer les services connexes et faciliter les souscriptions via la plateforme. Le prêt aux TPE-PME est une réponse pour tous les investisseurs à la recherche de rendement : en plus des particuliers, Lendix a vocation à outiller les CGP, les banques privées, les family office et même à s'adresser aux compagnies d'assurance-vie via des fonds communs de titrisation. Dans un contexte de taux historiquement bas, les assureurs n'ont pas beaucoup de choix pour produire du rendement pour leurs fonds en euros...
Notre ambition est d'offrir du volume, à l'image de ce qui se passe aux Etats-Unis : 70 à 80% des flux de la plateforme LendingClub viennent des investisseurs institutionnels.

Le capital-investissement et le prêt aux TPE-PME n'ont pourtant quasiment aucun lien. En quoi Lendix est-il légitime ?

Dans le cadre de 123Venture, nous avons créé une captive de location dont le modèle consiste à acheter des biens et à les louer à des entreprises. Cette expérience nous a appris à sourcer (identifier et sélectionner, NDLR) des dossiers et à gérer du recouvrement en masse. Depuis 2008, nous avons piloté environ 2.000 dossiers de 75.000 euros en moyenne.

Quels types de dossiers les investisseurs vont-ils pouvoir financer ?

Notre cible prioritaire est celle des sociétés dont les besoins de financement sont compris entre 15.000 et 300.000 euros, rentables, qui ont au minimum 2 ans d'existence. Lendix n'a pas vocation à financer les entreprises non finançables mais à financer les sociétés mal financées. C'est la raison pour laquelle les TPE-PME sélectionnées doivent être en capacité de rembourser leurs échéances.

Comment s'assurer que les entreprises pourront délivrer le rendement prévu ?

Nous avons mis en place un système d'analyse financière en deux étapes : un filtre automatisé à partir des documents financiers des entreprises des 3 ou 4 derniers exercices puis une étude des dossiers au cas par cas par un comité de crédit. Les prêts serviront souvent à financer des investissements corporels, ce qui permettra de prendre des sûretés sur le matériel financé, sans caution personnelle des entrepreneurs souvent exigée par les banques.
C'est d'ailleurs l'un des principaux facteurs de différenciation avec les prêts bancaires, dont les conditions extra-financières sont souvent mal acceptées. La relation avec les banques est souvent frustrante pour les porteurs de projets : la réponse à la demande de prêt est longue, le délai pouvant atteindre 3 ou 4 mois. De plus, elles financent rarement un projet en totalité : il n'est pas rare qu'un prêt serve à financer l'acquisition de bureaux, mais pas leur aménagement ! Chez Lendix, les projets seront financés dans leur globalité et la réponse interviendra sous quelques jours.

En pratique, comment l'investisseur particulier pourra-t-il allouer son épargne à tel ou tel projet ?

L'épargnant va acquérir des titres de dettes pour des tickets unitaires compris entre 25 et 1.000 euros, sans limite du nombre de dossiers financés. Pour cela, il faudra ouvrir un compte qui permettra d'accéder à une grande variété de dossiers notés par Lendix. Contrairement à d'autres plateformes, le taux d'intérêt est fixé par nos soins. Nous ne voulons pas laisser aux particuliers le soin de choisir le taux du prêt octroyé aux entreprises, ils n'en sont pas à même pour la plupart. Il n'est pas question que les investisseurs s'improvisent agence de notation ! Il sera possible d'investir seul ou automatiquement en fonction de critères de notation et de niveau de taux prédéterminés. Nous avons prévu de proposer une option de réinvestissement automatique ou le rapatriement des intérêts sur le compte bancaire renseigné.

A quel niveau de rendement peut-on prétendre ?

Vous allez prêter vos liquidités aux TPE-PME à un taux compris entre 4% et 8% brut avant impôt. L'imposition dépend de votre tranche d'imposition, comme un compte sur livret, mais sur un placement beaucoup plus rémunérateur, jusqu'à huit fois plus ! Le taux est variable d'un projet à l'autre, en fonction de la qualité de l'emprunteur et de la durée du crédit. Il s'agira de prêts à taux fixes amortissables sur 18 à 48 mois. Ce qui signifie que votre argent vous reviendra vite. Notre plateforme permet de financer l'économie réelle avec des contraintes d'immobilisation de votre épargne nettement moindres que celles du non coté par exemple. Enfin, nous proposerons un nombre important de prêts pour que l'investisseur puisse diversifier au maximum son investissement et contrebalancer le risque de perte sur un dossier donné. La diversification est clé dans le prêt.

Quels sont vos ambitions ?

Le marché est gigantesque. La première année, nous visons une collecte de 30 à 40 millions d'euros affectée à un nombre de dossiers compris entre 300 et 400. Ensuite, nous espérons passer à un rythme de plusieurs centaines de millions d'euros drainés par an. Pour y parvenir, nous avons procédé à une levée de fonds de 7 millions d'euros, notamment auprès du fonds de capital-investissement Partech Ventures et de Weber Investissements, holding de Didier Le Menestrel et Christian Gueugnier, fondateurs de la société de gestion Financière de l'Echiquier.

Quand la plateforme ouvrira-t-elle au public ?
Nous l'espérons d'ici la fin de l'année. Lendix est en attente des agréments auprès de l'Orias pour le statut d'IFP (intermédiaire en financement participatif, NDLR). Nous allons également solliciter le statut de PSI (prestataire de service d'investissement) pour traiter avec les investisseurs institutionnels.

 

Réseaux Sociaux