Les différents supports


Contrat en euros, en unités de compte ou multi-supports ? Il existe de nombreux contrats d’assurance permettant la constitution d’une épargne et le versement de celle-ci sous forme de rente ou de capital si la personne assurée est en vie au terme du contrat.

Il convient donc de bien choisir son support en fonction de ses besoins et ses aptitudes.

Contrats en euros : les moins risqués

C’est la catégorie de contrat de bon père de famille par excellence. Ces contrats sont en effet destinés à ceux qui souhaitent investir sans prendre de risque : leur principal atout réside la sûreté du placement. Pour quelle raison ? Parce qu’ils sont majoritairement investis en obligations. Leur rendement est par conséquent lié aux taux obligataires ; ils sont ainsi peu sensibles aux aléas de la Bourse.

Ils bénéficient de surcroît d’une double garantie :

– un rendement minimal garanti, dont le montant ne peut légalement dépasser un plafond fixé par le Code des assurances, et une participation aux bénéfices ;

-un effet cliquet, qui permet au souscripteur de conserver définitivement les intérêts annuels crédités sur le contrat.

Contrats en unités de compte : diversifié, plus risqué et pour le long terme

Si vous recherchez un placement à long terme et êtes prêts à accepter les risques inhérents aux fluctuations des marchés financiers, les contrats en unités de compte sont faits pour vous. Ces supports peuvent vous procurer des perspectives de rendement attractives.

Ce sont des contrats d’assurance vie qui n’ont pas pour référence une monnaie mais des unités de compte, qui peuvent être des valeurs mobilières (Sicav, actions, obligations, parts de fonds communs de placement) dont la valeur varie en fonction des performances boursières ou des parts immobilières (parts de SCI, parts de SCPI). Ces contrats permettent par conséquent de réaliser un investissement diversifié sur les marchés financiers et immobiliers.

– Le cas des contrats d’assurance vie investis en actions

Un nouveau type de contrat d’assurance vie a été institué par la loi de finances pour 2005. L’objectif ? Favoriser l’investissement des particuliers vers les entreprises innovantes et non cotées. Ces contrats remplacent les anciens contrats « DSK », qui ne peuvent plus être souscrits mais seulement alimentés par leurs détenteurs.

Ces contrats sont soumis à des contraintes précises d’investissement. Les cotisations versées doivent être représentées par une ou plusieurs unités de compte constituées de parts ou d’actions d’organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) dont l’actif est constitué pour 30% d’actions françaises ou européennes et titres assimilés, dont au moins 10% de placements à risques (parts de fonds communs de placement à risques ou FCPR, fonds d’investissement de proximité ou FIP, fonds commun de placement dans l’innovation ou FCPI, actions de sociétés de capital risque) , dont au moins 5% de titres non cotés. En cas de contrats se référant à plusieurs unités de compte, le montant des cotisations doit être ventilé de telle sorte que ces proportions soient respectées.

Contrats multi-supports : un outil aux performances et aux modes de gestion variés

Ces contrats d’assurance vie comportent plusieurs supports ou compartiments, en euros et/ou en unités de compte, entre lesquels sont réparties les cotisations versées. Il est donc primordial de déterminer sa stratégie de placement afin de vérifier que le contrat multi-supports choisi permet d’effectuer les investissements adéquats.

Il faut se poser les bonnes questions : est-ce que je veux privilégier la protection de mon capital ou est-ce que je suis ouvert à la prise de risque ?

– Pour privilégier la protection de son capital : opter pour des supports à faible volatilité

– Pour privilégier la performance en acceptant une prise de risque plus importante : opter pour des supports plus dynamiques, avec une dominante d’actions. Dans ce cas, il est préférable d’envisager une durée de placement relativement longue.

Les 3 modes de gestion des contrats multi-supports

L’un des avantages des contrats multi-supports réside dans le choix des modes de gestion

1. La gestion profilée

Dans ce cas, vous confiez aux experts financiers de votre organisme gestionnaire le soin de gérer les versements selon le profil qui vous correspond :

Le profil prudent ou sécurité : très largement composé de produits obligataires et monétaires ;
Le profil dynamique, qui privilégie l’investissement en actions, par essence plus risqué ;
Le profil équilibré : profil mixte qui combine la sécurité (produits obligataires et monétaires) et la rentabilité (actions) des deux profils précédents.

2. La gestion à horizon

Le mode de gestion simplifié par excellence. En effet, la composition des placements évolue automatiquement en fonction de son âge et de ses objectifs. Davantage risquée à 30 ans, elle se fera plus prudente à l’approche de la retraite.

3. La gestion libre

Sans conteste la plus risquée. Réservée aux investisseurs aguerris, la gestion libre consiste à choisir soi-même ses unités de compte. Ce type de gestion suppose que vous soyez capable de réagir à bon escient face aux évolutions des marchés financiers.