Les Français vont plus « jouer » avec leur épargne en 2014


Les Français sont indécis sur l'utilisation de leur épargne en 2014. Selon un sondage CSA pour le Cercle des Epargnants, 22% d'entre eux envisagent d'y puiser pour soutenir leur consommation tandis que 35% comptent épargner davantage.

Tirelire pour épargner

Les Français ne savent que faire de leur épargne. Remplir leurs bas de laine ? Y piocher pour continuer de consommer ? Selon l’enquête annuelle « Les Français, l’épargne et la retraite » réalisée par l’institut CSA et le Centre d’Études et de Connaissances sur l’Opinion Publique (Cecop) pour le Cercle des Epargnants et dévoilée mardi 11 février 2014, plus d’un Français sur cinq compte puiser dans son épargne en 2014. Inversement, 35% des sondés envisagent d’accroître leur épargne. Au total, pas moins de 57% des personnes interrogées songent à « jouer » avec leur épargne cette année, une proportion en nette hausse (+20 points) sur quatre ans puisque seuls 37% des Français anticipaient un tel comportement en 2010.

 

Les jeunes épargnent plus

« L’épargne devient un élément soit de précaution, soit de survie », confirme Jérôme Jaffré, directeur du Cecop. Un constat appuyé par le secrétaire général du Cercle des Epargnants Philippe Crevel, pour qui la crise économique, synonyme de stagnation des revenus, explique ce niveau élevé de retraits (+8 points par rapport à 2010). A l’inverse, la peur du chômage pousse à l’inverse certains à épargner plus (+12 points).

Jérôme Jaffré note également un « changement de rapport à l’épargne tout à fait considérable ». En effet, seuls 7% des 18-24 ans déclarent vouloir puiser dans leurs bas de laine et 57% épargner davantage tandis que 30% des 65 ans et plus envisagent de désépargner pour soutenir leur consommation et 20% d’entre eux comptent épargner dans les mois à venir. « Nous sommes dans un pays où les jeunes épargnent et les vieux dépensent, souligne ainsi le directeur du Cecop qui pointe une société un peu à l’envers. »

 

Le flop de l’épargne retraite

Tandis que 51% des Français interrogés affirment épargner en vue de financer leur retraite, moins d’un sondé sur quatre (24%) estime que l’épargne individuelle ou collective est un moyen de conserver le montant de leur retraite et 31% pensent qu’aucune solution n’existe pour combler la baisse de leurs revenus. « Ce résultat témoigne du fait qu’on ne sait pas trop comment sauver les meubles », abonde Philippe Crevel.

Si selon l’économiste, « les Français ne savent plus sur quel pied danser avec leur épargne », une tendance nette se dégage pourtant chez les épargnants interrogés. L’assurance vie et 19,1 milliards d’euros déposés sur les Livrets A et LDD en 2013 restent en effet leurs produits préférés, récoltant respectivement 21 et 20% des suffrages, devant l’épargne logement (17%) et l’épargne salariale (11%). En revanche, le plan d’épargne retraite populaire (Perp) ne reçoit l’adhésion que d’une très faible minorité, puisque seulement 1% des sondés estime que le Perp constitue le meilleur produit d’épargne.

Plus étonnant encore, le Perp représente le meilleur produit d’épargne pour la retraite pour seulement 6% des personnes interrogées. Loin, bien loin de l’assurance vie (32%) et à moindre niveau du Livret A (14%).

 

Sur l’épargne des ménages en 2014
L’épargne des ménages en léger repli au troisième trimestre 2013