Les livrets bancaires n’ont pas attiré l’épargne des Français en 2013


L’année 2013 n’a pas été porteuse pour les livrets fiscalisés. Selon les statistiques publiées par la Banque de France en mars 2014, l’encours total des comptes sur livret commercialisés par les réseaux bancaires dans l’Hexagone est tombé de 178,7 milliards d’euros au 1er janvier 2013 à 172,5 milliards d’euros douze mois plus tard. Le recul des sommes placées sur ces livrets fiscalisés atteint 3,3% en 2013, contre une baisse plus mesurée de 1,1% en 2012 et une croissance de 11,4% au titre de l’année 2011.

Cette performance en berne pour les produits d’épargne bancaires contraste avec la collecte des produits d’épargne réglementée, le Livret A et le Livret de développement durable (LDD) ayant attiré 19,1 milliards d’euros en 2013, le plan épargne logement (PEL) 9,32 milliards d’euros.

Les raisons de l’intérêt décroissant des Français pour les livrets fiscalisés s’explique aisément : le rendement moyen de ces produits a baissé de 0,57 point sur une année à 1,19% avant impôt et prélèvements sociaux en décembre 2013. De plus, depuis 2013, les intérêts offerts par ces placements sont soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu en lieu et place du prélèvement forfaitaire libératoire (PFL), plus avantageux principalement pour les foyers fiscaux fortement imposés.