Les placements financiers représentent moins de 8% des revenus des ménages


La part moyenne des placements financiers (OPCVM, livrets d'épargne, placements immobiliers...) dans le revenu disponible des ménages reste en deçà des 8% en 2012, tout comme en 2011, indique la société de conseil et d'étude Pair Conseil dans ses derniers Cahiers d'Epargne. Un chiffre bien loin des 12% relevés au cours de la période 2005-2007.

placement-argent-8

Le patrimoine global des ménages français ralentit sa progression, avec une augmentation limitée de 4,2% en 2011 contre 8,8% en 2010. La valeur de ce patrimoine, selon Pair Conseil, représente ainsi 11 806 milliards d’euros.

Pour justifier ce repli, la société d’étude indique que suite au durcissement des conditions d’obtention des crédits, les ménages « puisent dans leur patrimoine financier entre autres pour se désendetter et pour nourrir la hausse des apports dans les opérations immobilières ». La hausse de la fiscalité et la baisse du pouvoir d’achat sont également mises en cause.

Parmi ces presque 12 000 milliards, le patrimoine financier (épargne liquide, assurance vie, OPCVM…) des ménages atteint 3 892 milliards d’euros, soit près d’un tiers de ce montant, d’après les données fournies par les Cahiers de l’Epargne. Un chiffre légèrement en baisse par rapport à 2010 (-0,9%). En cause, les baisses de valorisation du marché action, le faible nombre de nouveaux placements et la faiblesse du recours au crédit, avance l’étude.

Le patrimoine non-financier, constitué en grande majorité de biens immobiliers, représente donc 7 914 milliards en 2011, enregistrant une forte progression par rapport à l’année précédente. (+6,8%). Les analystes de Pair Conseil y voient les résultats de la hausse « des prix de l’immobilier ancien », même si cette dernière a connu un ralentissement en fin d’année.

Baisse de 21% des nouveaux placements

A partir des données fournies par les 36 établissements financiers qui lui sont affiliés, les Cahiers d’Epargne de Pair Conseil anticipent également l’évolution de l’épargne des ménages, mais aussi celle des marchés. La société de conseil évalue ainsi à 105 milliards d’euros le flux des nouveaux placements financiers souscrits par les ménages en 2011, contre 133 milliards en 2010 (chiffre arrêté), soit une chute de 21,1% en un an. Elle estime que cette baisse devrait se poursuivre en 2012, portant la valeur cumulée de ces nouveaux placements souscrits à environ 100 milliards euros.