Les SPCI plébiscitées par les épargnants en 2011


Les différentes sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) ont établi un nouveau record de collecte en nette de 2,79 milliards d'euros contre 2,45 milliards d'euros en 2010, soit une progression de 14% d'après l'étude annuelle de l'Association française des sociétés de placement immobilier (Aspim).  

placement, immeuble,

 

Après avoir marqué le pas entre 2008 et 2009 au plein cœur de la crise financière, la forte collecte des deux années dernières montre bien le fort intérêt des épargnants pour ce type de produits, notamment dans l’optique d’améliorer leur retraite. « Ce sont les caractéristiques structurantes des SCPI qui nourrissent cette attractivité durable auprès des épargnants : une gestion prudentielle, un actif tangible, exclusivement composé d’immobilier, une liquidité maîtrisée sans volatilité prononcée des titres, une distribution pérenne, une qualité d’information élevée et un contrôle de gestion rigoureux », estime Arnaud Dewachter, délégué général de l’Aspim, dans un communiqué.

Près de 25 milliards d’euros de capitalisation

En détails, les SCPI « classiques diversifiées » ont été les plus attractives avec une collecte de 1,62 milliard d’euros, en hausse de 74% par rapport à 2010. Avec 624 millions d’euros collectés, les SCPI Scellier demeurent à un niveau élevé bien qu’en recul de 32% par rapport aux douze mois précédents. Selon l’ASPIM, ce repli s’explique « sans doute par le resserrement sensible en fin d’année des octrois d’emprunts bancaires qui accompagnent généralement la souscription de parts de SCPI fiscales ». Les SCPI axées sur les « murs de magasins » ont drainé 433 millions d’euros, en baisse de plus 15% par rapport à 2010.

Au 31 décembre 2011, la capitalisation des 155 SCPI gérées par 25 groupes tels que BNP Paribas Real Estate, La Française Real Estate Managers ou Perial, a progressé de 11,3% sur un an, pour atteindre 24,84 milliards d’euros. A la fin de l’année 2009, la capitalisation globale s’approchait tout juste de 19 milliards d’euros.

Le marché secondaire est resté relativement stable avec 394,24 millions d’euros de parts échangées en repli de 5,6% par rapport à 2010. En valeur relative, le taux de rotation des parts demeure modeste, environ 1,59% du total des parts. « Il n’y a pas de signe de tension sur la liquidité du marché secondaire des parts de SCP », considère l’Aspim. Preuve que les souscripteurs de parts restent longtemps investis.