Livret A : historique des coups de pouce du gouvernement

Partagez

livret a carnet

Le gouvernement pourrait à nouveau déroger aux règles de calcul du taux du Livret A le 15 janvier 2014 et maintenir une rémunération favorable comme ce fut déjà le cas en 2013. Tour d'horizon des « coups de pouce » accordés aux épargnants.

La date approche. On connaît désormais le chiffre de l'inflation constatée par l'Insee en décembre 2013 : 0,6% sur un an hors tabac. Le 15 janvier 2014 au plus tard, les épargnants seront fixés : le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, dévoilera ses recommandations sur le taux de rémunération du Livret A.

 
Or, si la Banque de France suit à la lettre les règles de calcul en vigueur depuis 2008, le rendement du livret d'épargne préféré des Français devrait logiquement être abaissé à 0,75% contre 1,25% depuis le 1er août 2013, se basant sur l'évolution des prix à la consommation à 0,6% sur un an en décembre 2013, majorée de 0,25 point et arrondie au quart de point le plus proche.


Mais en vue de favoriser les ménages, le gouverneur, en accord avec Bercy, pourrait de nouveau accorder un coup de pouce aux épargnants en décidant d'un taux plus avantageux et ainsi déroger à la règle de calcul, comme il est en droit de le faire.


Des taux revus à la hausse depuis 2008

Ce ne serait alors pas le premier acte de générosité du gouvernement et de la Banque de France, qui par le passé, ont déjà contourné les règles en vigueur et fixé des taux de rémunération plus favorables pour les épargnants. Ainsi, par quatre fois, le taux dévolu au Livret A a été supérieur au strict résultat de la formule de calcul.


Premier coup de pouce accordé en juillet 2009 : suivant le calcul, le taux du Livret A aurait dû chuter de 1,75 à 0,25% mais n'a été abaissé qu'à 1,25%. Le gouverneur avait alors estimé « que l'application de la formule conduirait la rémunération du livret A à un niveau historiquement inédit » avant de proposer un taux plus clément qui « maintiendrait au cours des prochains mois une rémunération largement positive » pour les épargnants.


Deuxième acte en faveur des ménages en janvier 2010 où le rendement aurait dû baisser à 1% mais est resté inchangé à 1,25%. Et ce en vue d'éviter une « légère érosion du pouvoir d'achat des épargnants au cours des prochains mois », selon la Banque de France.


Pas d'augmentation en juillet 2012. Et pourtant, le taux du Livret A aurait dû passer de 2,25 à 2,75% suivant la formule de calcul. Mais la Banque de France avait anticipé que le glissement annuel des prix à la consommation hors tabac, de 2,4% en décembre 2011, devait diminuer de façon significative dans les prochains mois. « Compte tenu des perspectives de baisse de l'inflation et afin d'éviter une volatilité excessive du taux du livret A, Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, a décidé de déroger à la stricte application la formule de calcul en vigueur. Il propose de laisser inchangé à 2,25 % le taux du livret A. »

Coups de pouce au taux du Livret A | Create Infographics


2013 : l'année du « coup de pouce » pour les épargnants

L'année 2013, marquée par une baisse de 0,4% du pouvoir d'achat des ménages, aurait pu être pire pour les détenteurs de Livret A. Le gouverneur, en vertu de son droit, a dérogé deux fois dans la même année aux règles de la formule de calcul en janvier et juillet 2013, proposant des rendements plus attractifs pour le Livret A. En janvier, le taux est abaissé à 1,75% contre 2,25% auparavant alors qu'il aurait dû tomber à 1,50%, suivant le glissement annuel des prix à la consommation et ce « afin d'éviter qu'un mouvement de trop grande ampleur ne soit mal compris par les détenteurs de ces livrets », selon le gouverneur de la Banque de France. En juillet, même opération de la part de Christian Noyer qui recommande un taux de rémunération de 1,25%, limitant ainsi la baisse à 0,50 point, alors que le chiffre de l'inflation s'élevait à 0,8% sur un an hors tabac en juin 2013, donnant un taux théorique de 1%. La Banque de France a justifié ce taux par la nécessité « de maintenir au cours des prochains mois une rémunération très largement positive de l'épargne réglementée tout en diminuant d'une façon significative le coût du financement de l'économie ».


En sera-t-il de même pour l'année 2014 ? Le gouvernement, en accord avec les recommandations du gouverneur de la Banque de France, devrait encore une fois se diriger vers un maintien du taux de rémunération du Livret A afin de ne pas pénaliser le pouvoir d'achat des ménages.

 

Une année 2014 semblable à 2013

 Et de quatre coups de pouce consécutifs ! L’année 2014 est bel et bien similaire à l’année 2013. En vertu de son droit, le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, a encore dérogé à la formule de calcul du taux du Livret A en janvier puis juillet 2014. En janvier, il propose un rendement de 1% contre 0,75% selon la stricte application de la formule, limitant ainsi la baisse à 0,25 point. En juillet, même recommandation en faveur des ménages de la part de la Banque de France qui préconise un taux de rémunération de 0,75% alors qu’il aurait dû chuter à 0,5% suivant le glissement annuel des prix à la consommation qui s’élevait à 0,3% sur un an hors tabac en juin 2014. Christian Noyer a justifié ce choix en évoquant « la perspective de préserver globalement le pouvoir d’achat des épargnants et la prévision d’une légère reprise de l’inflation d’ici la fin de l’année ». « Ce taux permet en outre d’assurer une rémunération de l’épargne nettement supérieure à l’inflation, au cours des prochains mois », a-t-il ajouté. Dans les deux cas, le gouvernement s’est montré plus généreux encore, abaissant le taux du Livret A successivement à 1,25% et 1%.



Coups de pouce appliqués au taux du Livret A depuis 2008 (en %)
 Année   Taux suivant la formule de calcul   Taux recommandé par la Banque de France   Taux appliqué 
Juillet 2009 0,25 1,25 1,25
Janvier 2010 1 1,25 1,25
Juillet 2012 2,75 2,25 2,25
Janvier 2013 1,50 1,75 1,75
Juillet 2013 1 1,25 1,25
Janvier 2014 0,75 1 1,25
Juillet 2014 0,50 0,75 1
Taux du Livret A, source Banque de France

 

2015 et un taux abaissé à 0,75%

On ne peut pas dire que l'année 2015 n'aura pas été une année sans coup de pouce. En effet, en février, si la Banque de France et le gouvernement avaient suivi à la lettre la formule de calcul, le taux du Livret A aurait dû être abaissé à 0,25% ! Or le gouverneur de l'institution, Christian Noyer, a recommandé un taux à 0,75% et le gouvernement a choisi de le maintenir à 1%. Quelques mois plus tard, en août. Alors qu'avec la formule de calcul, le taux du Livret A aurait dû chuter à 0,50%, le gouvernement suit la recommandation du gouverneur et décide de diminuer à 0,75% le taux du livret d'épargne préféré des Français. Pas de « super coup de pouce » mais pas de clou enfoncé non plus pour l'épargnant.

A lire également :

Livret A : maintien du taux au 1er février 2014 souhaité par Moscovici

Livret A : la hausse de la TVA va-t-elle maintenir le taux à 1,25% ?

 

Réseaux Sociaux