Livret A : la Banque de France préconise un taux à 0,75%


Christian Noyer gouverneur de la Banque de France, a proposé de limiter la baisse du taux de rémunération du Livret A à 0,75% au lieu de 0,25%, selon la règle de calcul en vigueur.

livreta-euros

Voilà un léger répit pour les épargnants. Alors que l’application stricte de la formule de calcul, liée à l’inflation (0% hors tabac en 2014), donnait un taux de rémunération du Livret A à 0,25%, le gouverneur de la Banque de France a proposé de limiter la baisse à 0,75%. La préconisation de Christian Noyer doit encore être validée par Bercy pour une entrée en vigueur au 1er février 2015.

Un baisse nécessaire pour la croissance

« Rester à 1% serait totalement irresponsable », a déclaré Christian Noyer au micro de Europe 1 jeudi 15 janvier 2015. Le directeur de l’institution bancaire française a été catégorique : le taux de rémunération du Livret A doit baisser. « Si j’étais totalement en ligne avec ce qui est nécessaire pour l’économie j’aurais tendance à le baisser à 0,25% ou 0,50% », a-t-il ajouté. Christian Noyer a estimé que maintenir le taux à 1% (déjà son plus bas historique) poserait de réels problèmes à la France : « Nous avons absolument besoin de dynamiser la croissance et l’emploi et pour faire cela il faut baisser le coût de financement du logement social, des PME,… Hors ceux-ci sont indexés sur le taux du Livret A », s’est-il justifié. Pour autant, Christian Noyer n’a pas souhaité proposer un rendement plus bas pour ne pas effrayer les épargnants.

Un nouveau coup de pouce

Avec une inflation hors tabac en 2014 nulle, le gouverneur de la Banque de France était en droit de ramener la rémunération du Livret A à 0,25%. « Economiquement je devrais proposer un taux plus bas, mais je veux tenir compte de la psychologie des épargnants », a tempéré le haut fonctionnaire. Selon lui, à 0,75% le Livret A offre un indéniable gain de pouvoir d’achat au vu de la stabilité des prix sur l’année écoulée. Net d’inflation, il rapporterait davantage à 0,75% en ce moment qu’il y a quelques mois au taux de 1% mais grevé par une hausse des prix à la consommation de 0,5%. Dans ce cas de figure, son rendement net n’était plus que de 0,5%.

Une fois n’est pas coutume, Christian Noyer a donc choisi de ne pas respecter à la lettre la règle de calcul du taux mais prévient : « Ne pas baisser la rémunération aurait des conséquences graves pour l’économie française ». Reste à savoir si le gouvernement prendra la responsabilité de descendre encore le taux du Livret A quand on connaît la portée éminemment politique d’une telle décision.


Noyer propose de « passer le taux du Livret A à… par Europe1fr