Livret A : la défiscalisation bientôt remise en cause par Nicolas Sarkozy ?


Une partie de la collecte de l'épargne réglementée sera affectée au financement de nouveaux prêts à l'investissement des PME. Le Président de la République laisse planer le doute sur la fiscalisation des intérêts.

Le Livret A pourrait subir un lifting à l’occasion de la réforme de la fiscalité du patrimoine prévue au printemps de cette année 2011. Lors de son discours sur la politique industrielle de la France à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), Nicolas Sarkozy a annoncé qu’il entendait réorienter l’épargne des Français au profit du financement des entreprises, des PME en particulier.

Justification de l’avantage fiscal

« Financer logement social c’est très bien. Mais nous affecterons les encours supplémentaires collectés chaque année [sur le Livret A] dans une proportion des trois quarts pour le financement de nouveaux prêts à l’investissement des PME », a déclaré le Président de la République, avançant le chiffre de 3 milliards d’euros par an.

Quid de la défiscalisation des intérêts du Livret A actuellement en vigueur ? Pas d’annonce en particulier mais une phrase qui laisse planer un doute. « Les avantages fiscaux des produits d’épargne doivent être justifiés au regard des impératifs motifs d’intérêt général. L’impératif d’intérêt général c’est de permettre aux entreprises industrielles d’obtenir les moyens financiers de leur développement », a déclaré Nicolas Sarkozy.

Document
Vidéo de Nicolas Sarkozy sur l’épargne et le financement des PME (Source : Elysee.fr)