Livret A, LDD : collecte en nette baisse en avril 2014


Le début d'année timide du Livret A et du LDD s'est confirmé en avril 2014. Les épargnants ont encore une fois boudé ces produits défiscalisés, n'y déposant que 0,69 milliard d'euros. Sur les 4 premiers mois de l'année, la collecte a été divisée par plus de 5 par rapport à 2013.

Les Livrets A et livrets de développement durable

Le début d’année timide du Livret A et du LDD s’est confirmé en avril 2014. Les épargnants ont encore une fois boudé ces produits défiscalisés, n’y déposant que 0,69 milliard d’euros. Sur les 4 premiers mois de l’année, la collecte a été divisée par plus de 5 par rapport à 2013.

Les dépôts des Français sur les Livrets A et Livrets de développement durable (LDD) continuent de faire le yoyo. Après une collecte nette positive de 2,19 milliards d’euros en janvier 2014, négative de 0,14 milliard en février et enfin positive de 1,18 milliard en mars, seuls 0,69 milliard d’euros ont été placés par les épargnants sur leurs livrets défiscalisés. Les Livrets A ont attiré 390 millions d’euros, contre 300 millions pour les LDD.

« Sur les quatre premiers mois de l’année, elle [la collecte, NDLR] s’élève en cumulé à + 3,91 milliards d’euros », explique la Caisse des dépôts et consignations (CDC) dans un communiqué paru mercredi 21 mai 2014. Une donnée à prendre avec mesure, ces dépôts ayant été divisés par 5,3 par rapport à la même période en 2013.

Retour en grâce des livrets bancaires

L’évolution du comportement des épargnants est cependant tout sauf une surprise, la rémunération des Livrets A et LDD ayant été rabotée de 1 point, de 2,25 à 1,25%, en 2013. La mauvaise passe des livrets d’épargne réglementée profite visiblement aux contrats d’assurance vie, qui ont collecté 6,1 milliards d’euros et, plus surprenant, aux livrets bancaires imposables. Sur les trois premiers mois de l’année, pas moins de 5,97 milliards d’euros ont été déposés sur ces produits dont les intérêts sont pourtant soumis aux prélèvements sociaux et à l’impôt sur le revenu.

Cet afflux d’épargne sur les livrets fiscalisés, boudés par les épargnants en 2013, provient en grande partie des Français ayant déjà rempli au plafond leurs produits défiscalisés selon Serge Maître, secrétaire général de l’association française des usagers des banques (Afub). Les statistiques de la collecte de l’assurance vie, attendues dans les prochains jours, pourraient confirmer cette tendance.