Livret A, LDD : taux maintenu à 0,75% au 1er février 2016


Le gouvernement a annoncé que le taux d'intérêt du Livret A sera préservé à 0,75% au 1er février 2016. Ce coup de pouce aux épargnants est toutefois accompagné d'une diminution de la rémunération des plans épargne logement, abaissée de 2 à 1,50% brut.

Le taux du Livret A maintenu à 0,75% au 1er février 2016

Les détenteurs d’un Livret A peuvent se réjouir. La rémunération de leur produit d’épargne va être conservée en l’état, soit à 0,75% net au 1er février 2016. Après le gouverneur de la Banque de France, qui a recommandé un maintien de ce taux d’intérêt au niveau en vigueur depuis le 1er août 2015, le gouvernement a officialisé cette annonce dans un communiqué mercredi 13 janvier 2016. « Le gouvernement a décidé de maintenir le taux du Livret A inchangé à 0,75 % », explique le ministère des Finances et des Comptes publics.

Nouveau coup de pouce aux épargnants

La préservation d’un taux d’intérêt à 0,75% constitue un nouveau coup de pouce à la rémunération de l’épargne des Français. En effet, en appliquant strictement la formule de calcul, basée sur l’inflation sur les 12 derniers mois, de 0,2% en décembre, relevée d’un quart de point, le rendement du Livret A se serait limité à 0,50%.

Dans un communiqué diffusé quelques minutes avant l’annonce du gouvernement, le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau avait plaidé pour une dérogation à la formule de calcul, arguant que « compte tenu des perspectives d’une légère augmentation de l’inflation en 2016, le Gouverneur considère qu’il est justifié de déroger à la stricte application de la formule de calcul en vigueur, ainsi que le règlement en prévoit la possibilité ».

Dès lors, le maintien du taux du Livret A ne faisait plus de doute, l’exécutif s’étant souvent montré soucieux de préserver la rémunération de l’épargne des Français par le passé. En attestent ses coups de pouce récurrents au taux du Livret A, comme sa dernière décision de l’abaisser à 0,75% le 1er août 2015 alors que la formule de calcul l’aurait fait tomber à 0,50%.

Taux du PEL abaissé à 1,50%

Cette décision bénéficiera aux détenteurs de Livrets de développement durable (LDD) dont le rendement est identique, soit de 0,75%, mais également aux souscripteurs d’un Livret d’épargne populaire (1,25%), de comptes épargne logement (CEL) et de livrets épargne entreprise (LEE), dont la rémunération serait maintenue à 0,50% brut.

En revanche, les détenteurs d’un plan d’épargne logement (PEL) sont moins bien lotis. « Le taux de rémunération des épargnants par les banques lors de la phase d’épargne du PEL sera de 1,5%, soit un niveau cohérent avec celui des autres produits d’épargne existant sur le marché ainsi qu’avec la durée d’immobilisation de l’épargne », explique Bercy. Déjà abaissée de 2,50 à 2% le 1er février 2015, la rémunération du PEL, en reculant à 1,50%, tombe à un niveau net de 1,27%, contre 2,11% un an plus tôt.

Maigre consolation pour ces épargnants, le taux d’intérêt maximal pratiqué dans le cadre d’un prêt immobilier accordé à l’issue de la phase d’épargne est revu à la baisse, de 3,20 à 2,70%. « Un taux plus bas, c’est l’assurance de pouvoir emprunter moins cher », avance le ministre des Finances Michel Sapin dans le communiqué. Mais avec les conditions actuelles de taux de crédit, toujours au plancher en décembre à 2,20% en moyenne en décembre 2015 selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA, pas sûr que cet argument soit de nature à convaincre les épargnants…