Livret A : le taux d’intérêt à 0,25% au 1er février 2015 ?


Selon la règle de calcul et avec une inflation hors tabac nulle, le taux d'intérêt du Livret A pourrait chuter à 0,25%, synonyme de nouveau plus bas historique. Toutefois le gouvernement a le pouvoir de maintenir le taux actuel de 1% ou de limiter la baisse.

livret-a-defiscalise

Les épargnants peuvent frissonner. Si la règle de calcul du taux du Livret A est appliquée à la lettre, celui-ci devrait tomber à 0,25%. Déjà à son plus bas historique (1%), le taux de ce placement, détenu par 95% des Français, sera révisé dans les prochains jours pour une mise en place au 1er février 2015 sur décision gouvernementale. Avec le niveau d’inflation (0%) dévoilé mercredi 14 janvier par l’Insee, la logique voudrait qu’il baisse sensiblement. Un coup de pouce de l’exécutif pour maintenir le taux ou limiter sa baisse, n’est cependant pas à exclure. Cela a d’ailleurs été le cas à plusieurs reprises ces dernières années.

Un baisse inévitable…

Depuis 2008, la rémunération du Livret A (et du Livret de développement durable, LDD) est fixée selon une formule de calcul simple : Taux Livret A = Taux inflation hors tabac + 0,25%. Le résultat est ensuite arrondi au quart de point le plus proche. Ainsi, avec une inflation hors tabac sur un an nulle, le taux serait au mieux de 0,25% (0+0,25). Ce qui ne devrait pas encourager les épargnants à stopper leur basculement vers d’autres produits d’épargne plus intéressants comme le plan épargne logement (PEL) ou l’assurance vie. En effet, les Français ont retiré massivement leur argent de ce livret réglementé ces derniers mois. La décollecte a atteint 1,63 milliard d’euros en novembre 2014, portant les retraits nets à 6,23 milliards sur les onze premiers mois de l’année. Une mauvaise nouvelle pour le gouvernement quand on sait que l’argent collecté par la Caisse des dépôts sur le Livret A et sur le LDD sert « à financer les prêts en faveur des organismes d’HLM », souligne l’économiste Philippe Crevel, dans une note datée du 13 janvier 2015. Sans parler du caractère emblématique du Livret A, symbole par excellence de l’épargne populaire.

… sauf si le gouvernement (re)donne un coup de pouce

Seule alternative : un nouvelle intervention de l’exécutif. Bercy a en effet le pouvoir de démentir le résultat issu de la formule de calcul pour fixer arbitrairement le nouveau taux. Cela a d’ailleurs été le cas lors de la dernière révision du rendement du Livret A. Au 1er août 2014, le taux était alors passé de 1,25% à 1% alors qu’il aurait dû chuter à 0,50% avec une application stricte de la formule. Cette fois, le choix est plus complexe. Etant établi que le fonds d’épargne géré par la Caisse des dépôts se rémunère principalement par des titres publics dont les rendements sont très faibles après avoir chuté en 2014, un maintien du taux à 1% conduirait l’institution à perdre de l’argent. A contrario, descendre le taux à 0,25% aurait un effet négatif sur le moral des épargnants qui « sont très sensibles au taux facial du rendement et ne prennent pas en compte la baisse du taux d’inflation, analyse Philippe Crevel. L’économiste ajoutant que, la fixation du taux du Livret A est un geste éminemment politique surtout en période électorale ».

Dès lors, le gouvernement pourrait opter pour une baisse modérée de la rémunération, à 0,75% par exemple. La réponse ne devrait tarder, puisque les responsables politiques ont pour habitude d’annoncer le taux en vigueur au 1er février aux alentours de la mi-janvier.