Livret A : taux d’intérêt à 1% au 1er août 2014


Le gouvernement a décidé d'accorder un coup de pouce à la rémunération du Livret A au 1er août 2014. Son taux d'intérêt va passer de 1,25 à 1%. Alors qu'une application stricte de la formule de calcul l'aurait fait baisser à 0,5%, la Banque de France avait préconisé de le faire reculer à 0,75%.

Bercy et le Livret A


Une nouvelle fois, le taux d’intérêt du Livret A bénéficie d’un coup de pouce du gouvernement. La rémunération du produit d’épargne défiscalisée va atteindre un point bas historique à 1% le 1er août 2014, contre 1,25% depuis le 1er août 2013. Le ministre des Finances et des Comptes publics Michel Sapin a annoncé dans un communiqué le 10 juillet 2014 que le rendement du livret d’épargne préféré des Français allait être réduit de manière mesurée, afin de « trouver un équilibre entre la juste rémunération de l’épargne des Français, l’attractivité du Livret A qui collecte de l’épargne pour financer la construction de logements sociaux, mais aussi la nécessité de préserver le coût des prêts aux organismes de logement social, qui dépend directement du taux du Livret A ».

Les épargnants échappent donc au pire : une stricte application de la formule de calcul du Livret A, basée sur l’inflation observée sur les 12 derniers mois en juin 2014, aurait abouti à une rémunération tronquée, de 0,5%. Le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, chargé de proposer une recommandation au gouvernement, avait de son côté proposé de ramener ce taux à 0,75%. Alors qu’il s’était dans un premier temps déclaré favorable à l’application de la formule de calcul et à un taux minoré à 0,5%, Christian Noyer a finalement pris en compte « la prévision d’une légère reprise de l’inflation d’ici la fin de l’année » pour y déroger. L’exécutif a ainsi coupé la poire en deux entre le taux actuel de 1,25% et la proposition du gouverneur de la Banque de France, optant pour une baisse limitée du rendement du Livret A à 1%.

Perte moyenne de 10 euros sur un an

Ce taux d’intérêt « permettra donc à l’épargne des Français de continuer à être correctement rémunérée, tout en favorisant un financement moins coûteux et abondant du logement social », justifie Bercy dans son communiqué. La perte pour les épargnants sera en effet toute relative puisqu’elle atteindra 10,16 euros sur une année pleine pour un livret avec 4.063 euros d’encours, soit la moyenne des avoirs disponibles sur les 63 millions de Livrets A ouverts en France. Pour la seule année 2014, le manque à gagner se limite à 4,23 euros.

Sans le geste du gouvernement, le quatrième depuis le 1er février 2013, les épargnants auraient subi une bien plus forte dégradation de leur rendement. Avec une rémunération de 0,5%, le détenteur d’un Livret A avec un encours moyen de 4.063 euros aurait subi une perte relative de 30,5 euros sur un an.

LDD et LEP impactés

Les détenteurs d’un Livret A ne sont pas les seuls épargnants touchés par la baisse de sa rémunération. Les Livrets Bleus, équivalents du Livret A commercialisés par le Crédit Mutuel, ainsi que les Livrets de développement durable (LDD), dont les rémunérations sont indexées sur celle du Livret A, vont également voir leur rendement reculer à 1%. Le taux d’intérêt du Livret d’épargne populaire (LEP), égal à celui du Livret A majoré d’un demi-point, va pour sa part passer de 1,75 à 1,50%.

En revanche, l’épargne logement ne sera affectée par la décision de Bercy. Le compte épargne logement (CEL) restera rémunéré à 0,75%, soit 0,63% après prélèvements sociaux (15,5%). Le plan épargne logement (PEL) offrira pour sa part toujours un rendement de 2,11% après cotisations sociales (CSG, CRDS, etc.).