Livrets, dividendes : les infos qu’il ne fallait pas rater cette semaine du 2 avril 2012


Session de rattrapage : l'équipe de Toutsurlesplacements vous fait un bref résumé des nouvelles sur l'épargne, la Bourse et autres actualités financières qui vous auraient échappé.

saturday, news

> Bilan boursier positif au premier trimestre 2012
Au cours des trois premiers de l’année 2012, les investisseurs ont repris du risque en particulier via l’achat d’actions. L’indice CAC 40 progresse de 8,4% et 16,25% pour l’indice des petites et moyennes valeurs (Cac Mid & Small) au cours du premier trimestre 2012. L’or n’est également pas en reste avec un gain de 6,5%. La correction (-3,03% sur le CAC 40 le mercredi 4 avril) qui a suivi confirme-t-il l’expression selon laquelle les performances passées ne préjugent pas des performances futures ?

> Société Générale apprécie la fidélité sur son compte épargne
Société Générale récompense les clients fidèles de son livret Epargne Plus. La banque rouge et noire leur offre une prime de fidélité en fonction de l’encours sur le livret, et des versements effectués. Les dépôts, qui rapportent 1,50% brut, seront ainsi complétés par une prime s’ils sont restés sur le livret pendant au moins 6 mois consécutifs. La rémunération brute à partir du septième mois ressortira au taux de 2,25%, sans limite de versement ni de durée de bénéfice. Attention, il s’agit de taux bruts, avant prélèvements sociaux et fiscaux.

> Présidentielle 2012 : Sarkozy s’attaque aux dividendes
Nicolas Sarkozy a dévoilé son projet présidentiel. Il prévoit notamment une augmentation de la fiscalité des dividendes. Le président de la République sortant, candidat UMP a opté pour deux mesures : une réduction de l’abattement de 40% et une diminution du dispositif d’abattement forfaitaire.

> L’immobilier, actif le plus rentable sur 40 ans ?
L’IEIF, l’institut de l’épargne immobilière et foncière, a dressé un palmarès des performances des placements financiers sur différentes périodes. En 2011, le logement à Paris occupent la première place alors que les actions françaises se classent à la dernière place. Sur 20 ans, elles se hissent la deuxième place. Ce classement démontre notamment la solidité de la pierre parisienne sur le long terme grâce à un effet rareté mais également des sociétés foncières cotées.