Maisons du Monde veut entrer en Bourse pour se désendetter


L'enseigne d'ameublement et de décoration a lancé son processus d'introduction en Bourse sur Euronext Paris avant l'été 2016. Le groupe espère lever entre 150 et 180 millions d'euros pour réduire son endettement et accélérer à l'international.

Maisons du Monde compte s'introduire en Bourse avant l'été

Maisons du Monde s’est décidé à sauter le pas. Pour continuer à développer sa marque sur des bases financières solides, l’enseigne spécialisée dans l’ameublement et les objets de décoration compte s’introduire en Bourse, sur Euronext Paris. Dans un contexte de relatif retour au calme sur les marchés, la société a franchi la première étape de ce processus, en enregistrant son document de base auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF), le 18 avril 2016.

« Tout est réuni pour que l’opération ait lieu d’ici l’été », a déclaré le PDG du groupe, Gilles Petit, lors d’une téléconférence de presse relatée par l’agence Reuters. Cette entrée en Bourse a vocation à être une opération mixte : elle doit combiner cession de titres existants de l’actionnaire de référence Bain Capital, auxquels pourrait s’ajouter une augmentation de capital d’environ 150 à 180 millions d’euros.

De l’argent frais destiné à ramener l’endettement net à 2,25 fois l’excédent brut d’exploitation (Ebitda) contre 2,6 à fin 2015 et 3,9 à fin 2014, précise Maisons du Monde dans un communiqué publié le 19 avril. Au passage, l’enseigne pourra à l’avenir minimiser ses frais financiers grâce à refinancement, incluant le remboursement d’obligations à haut rendement qui coûtent très cher (les intérêts annuels se montent à 9%).

Valorisation de 1 milliard d’euros ?

La valorisation de l’enseigne pourrait atteindre le milliard d’euros, selon les observateurs. Lancé en 1996, le groupe a été racheté en 2013 par le fonds américain Bain Capital, auprès de deux autres fonds, LBO France et Apax Partners, pour une valeur d’entreprise de 680 millions d’euros.

Maisons du Monde comptait 262 magasins à fin 2015, dont 193 en France et 69 en Europe. Son chiffre d’affaires total s’est élevé 723,4 millions d’euros en 2015, dont 699,4 millions d’euros de ventes aux consommateurs, en progression de 15,7% par rapport à l’année précédente. « Notre premier trimestre 2016 confirme cette solide dynamique qui se traduit par une croissance à périmètre constant à deux chiffres et un développement continu de nos surfaces de vente », a précisé Gilles Petit. L’activité est intrinsèquement rentable, l’Ebitda ayant atteint 94,5 millions d’euros en 2015, en hausse de 29,6%. Toutefois, le poids de la dette a conduit le groupe à accuser des pertes en 2013, 2014 et 2015.

Potentiel de près de 500 magasins hors de France

Le PDG estime que son entreprise « dispose d’une feuille de route claire visant à assurer une croissance élevée, en France et à l’étranger, dans ses magasins comme sur internet ». Il compte sur l’introduction en Bourse (IPO) pour apporter « la flexibilité stratégique et nécessaire pour accélérer [son] développement en Europe et atteindre [ses] objectifs de croissance ».

La direction table sur une amélioration de ses ventes de l’ordre de 12 à 14% par an sur la période 2017-2020, grâce à 25 à 30 ouvertures nettes de magasins en moyenne chaque année. Elle souhaite augmenter la part des ventes réalisées en ligne, pour la porter à 25% contre 17% aujourd’hui. L’international est une priorité : l’objectif est d’atteindre la moitié des ventes hors de France à terme, contre 34% l’an dernier. Un audit externe a conclu que le potentiel de l’enseigne hors de France se situait à près de 500 points de vente, dont 200 en Allemagne et 125 en Italie.

Les investisseurs devraient pouvoir prendre connaissance des modalités de l’IPO (acronyme d’introduction en Bourse en anglais) vers la mi-mai. Maisons du Monde prévoit de les présenter dans la foulée de la publication de ses résultats du premier trimestre 2016.