Miliboo : une introduction en Bourse pour lever 8 millions d’euros


L'entreprise digitale d'ameublement, qui commercialise des produits en marque propre, espère lever sur Alternext Paris entre 6,8 et 12,2 millions d'euros. Objectif : financer ses dépenses marketing pour se développer en France et à l'étranger, notamment sur le marché britannique, et ouvrir une poignée de nouvelles boutiques physiques et connectées.

Miliboo s'introduit en Bourse pour financer ses dépenses marketing

 

 La société revendique 5,3 millions de visiteurs uniques par an sur son site. Et elle ne compte pas en rester là. Fondée en 2005, Miliboo s’est spécialisé dans la vente de meubles en ligne, en proposant uniquement ses propres produits aux clients. En s’introduisant en Bourse sur Alternext Paris, l’entreprise espère gagner en notoriété et financer son développement en France comme à l’étranger, dans d’autres pays d’Europe occidentale. Elle compte obtenir au minimum 6,8 millions d’euros de l’opération, pour un maximum de 12,2 millions en cas de forte demande, avec l’exercice de l’option de surallocation.

 

Des dépenses marketing

Depuis 2011, le chiffre d’affaires de Miliboo double tous les deux ans, pour atteindre 14,2 millions d’euros lors de l’exercice 2014-2015, clos le 30 avril dernier. L’entreprise réalise la majeure partie de son activité dans l’Hexagone et couvre également sept autres pays européens, qui ont représenté 15% de ses ventes au cours du dernier exercice. Avec l’argent levé, elle veut renforcer ses dépenses en marketing, qui s’effectuent essentiellement en ligne. « Les campagnes sont pilotées en interne », précise Guillaume Lachenal, le PDG et fondateur de Miliboo.

Les dépenses en marketing s’élevaient déjà à plus de trois millions d’euros en 2014-2015 et représentaient 21,5% du chiffre d’affaires. La poursuite de ces dépenses vise à accroître les ventes de l’entreprise dans les pays où elle est déjà activement présente, comme la France, l’Espagne et l’Italie. Mais elle doit aussi permettre de mieux pénétrer certains marchés, à commencer par le Royaume-Uni, estimé à fort potentiel par le groupe d’ameublement.

De nouvelles « Milibootik »

En octobre 2014, Miliboo a ouvert sa première Milibootik, magasin connecté situé rue Réaumur à Paris. Ce concept store de 600 mètres carrés a pour objectif de mettre en avant les produits phare de la marque, à l’aide d’outils interactifs à disposition des clients, telles que des lunettes 3D pour leur offrir un aperçu visuel de la pièce qu’il souhaite meubler. L’entreprise entend procéder à de nouvelles ouvertures dans d’autres grandes villes de France et, à terme, dans les capitales des pays où elle commercialise déjà ses produits, à raison d’une ou deux par an. « Mais on n’a pas vocation à mettre en place un réseau de boutiques », tempère Guillaume Lachenal, qui souhaite conserver un modèle concentré sur le web.

Sa société se veut innovante et compte continuer à investir dans les nouvelles technologies. Aujourd’hui, elle commercialise déjà des meubles « connectés », comme le canapé équipé du bluetooth pour écouter de la musique et d’un chargeur à induction pour les tablettes et smartphones.

Bénéficier d’un effet volume

Le PDG de Miliboo mise sur le développement de son entreprise afin d’améliorer la marge brute grâce à un effet volume et des économies d’échelle. Cette marge tend à s’améliorer au fil des ans à mesure que le chiffre d’affaires s’accroît. De 39,6% en 2012-2013, en comptabilisant le transport et la livraison des biens aux clients, elle passe à 42,3% en 2014-2015.

Le fonctionnement de la société semble bien rôdé. Dotée d’une cinquantaine de collaborateurs, elle travaille avec 80 usines partenaires, à 80% situées en Asie, en Chine et en Inde, et à 20% en Europe de l’Est. Une filiale asiatique permet en outre de contrôler directement toute la production, en effectuant des contrôles qualité. Miliboo dispose d’un entrepôt à Fos-sur-Mer, dans les Bouches-du-Rhône, pour stocker ses produits. Selon son dirigeant, les infrastructures existantes sont en mesure d’absorber la croissance prévue dans les années à venir.

L’entreprise génère 84% de son chiffre d’affaires grâce aux ventes via son site internet, disponible en huit langues. Les 16% restant proviennent des sites d’e-commerce tiers comme La Redoute, Rue du Commerce et Cdiscount, sur lesquels elle vend certains de ses produits, sous sa propre marque.

Triplement du chiffre d’affaires d’ici 2018 ?

Face à ses concurrents, comme le britannique Made, Miliboo met en avant ses innovations mais aussi ses faibles délais de livraison. « Toute commande passée avant 15 heures, sous réserve que le produit soit en stock, est expédiée le jour même. Et vous êtes livré sous 24 à 72 heures en fonction de votre secteur géographique », assure Guillaume Lachenal.

L’entreprise a déjà levé 6,5 millions d’euros depuis sa création, lors de deux tours de table auprès d’investisseurs privés, en 2011 et en 2013. Parmi eux, Auriga Partners, qui est l’actionnaire référent de la société et doit le rester à l’issue de l’entrée en Bourse, avec 33,7% du capital. En termes de chiffre d’affaires, les années à venir semblent prometteuses pour Miliboo. La banque privée SwissLife, chargée de l’introduction sur Alternext, prévoit ainsi un quasi triplement des ventes d’ici 2018, avec des revenus atteignant 41 millions d’euros, soit une progression annuelle de l’activité de 42,6% en moyenne.

En revanche, selon l’établissement bancaire, l’entreprise ne sera bénéficiaire qu’à l’issue de l’exercice 2017-2018, avec un résultat net de 0,70 million d’euros. Miliboo a déjà enregistré 871.000 euros de pertes en 2014-2015, en raison notamment des dépenses liées à sa première « Milibootik ».

Miliboo : modalités de l’introduction en Bourse

Marché de cotation
Alternext Paris

Codes de l’action
Mnémonique : ALMLB
Code ISIN : FR0013053535

Fourchette de prix indicative
4,21 – 5,69 euros par action (prix médian : 4,95 euros)

Nature de l’opération
Augmentation de capital (8M€ en milieu de fourchette)

Nombre de titres émis
Entre 1.616.162 et un maximum de 2 137 373 actions ordinaires nouvelles à émettre

Eligibilité des titres
PEA, PEA PME

Calendrier de l’IPO
Mercredi 25 novembre 2015 : visa de l’AMF sur le prospectus
Jeudi 26 novembre 2015 : ouverture de l’offre
Mercredi 9 décembre 2015 : clôture de l’offre pour les particuliers à 18 heures (guichets de banque) ou 20 heures (achats par Internet)
Jeudi 10 décembre 2015 : résultat de l’offre
Lundi 14 décembre 2015 : règlement-livraison des actions
Mardi 15 décembre 2015 : début des négociations
Samedi 9 janvier 2016 : date limite d’exercice de l’option de surallocation