Optez pour la capitalisation

Partagez

Si vous avez le souci de votre avenir financier, si vous constatez avec inquiétude que votre durée de cotisation va s’allonger tandis que parallèlement, le taux de remplacement, c’est-à-dire le pourcentage de votre ancien salaire qui vous sera alloué sous forme de retraite, a toutes les chances de se réduire, il est temps de vous mettre à la capitalisation.

Quelques chiffres pour rappeler de dures réalités

En 1960, la France comptait 9,7 millions de cotisants au régime général de l’assurance vieillesse pour 2,3 millions de retraités, en d’autres termes, un peu plus de 4 cotisants pour une personne pensionnée. En 1990, 13,7 millions de cotisants couvraient les retraites de 7,3 millions de personnes, soit 1,9 cotisant par retraité. En 2006, dernière année observée par la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV), on comptait en France 16,8 millions de cotisants pour 11,1 millions de retraités, soit un ratio de 1,5.  Et l’allongement de la durée de vie ne va pas améliorer ce ratio.

Cotiser davantage pour percevoir moins ?

La délicate question du revenu hante ainsi un grand nombre de futurs retraités qui s’interrogent sur le montant de leur pension. D’autant que pour les nouvelles générations qui entrent plus tard sur le marché du travail et dont la carrière subit nombre d’aléas avec le chômage ou la préretraite, avoir le nombre requis de trimestres pour bénéficier du taux plein de la Sécurité Sociale va bientôt relever de l’exploit.

Les paramètres sont en effet multiples : l’âge, le profil de carrière, le régime d’affiliation, le salaire, la durée de cotisation, la situation familiale, pour ne citer que quelques exemples, vont influer d’une manière sensible sur le niveau de la pension. Point supplémentaire : la réforme Fillon d’août 2003, a modifié profondément les règles. Les Français vont travailler plus longtemps et cotiser davantage pour percevoir en définitive sans doute moins que les générations précédentes. S’il a toujours été important de préparer sa retraite de longue date, c’est aujourd’hui un impératif majeur. Par delà le système par répartition qui perdure, il faut recourir à la capitalisation pour s’assurer des compléments de revenus. 

Depuis le 1er janvier 2005, tous les retraités du régime général de la Sécurité sociale, du régime agricole et de tous les régimes spéciaux de plus de 55 ans peuvent également bénéficier de l’assouplissement des règles de cumul entre pension de retraite et reprise d’une activité salariée. Attention, cependant : le total de revenus doit rester inférieur au dernier salaire perçu, plus exactement à la moyenne mensuelle des revenus obtenus au cours des trois derniers mois précédant la liquidation de la retraite sinon le versement de la pension est interrompu.

http://www.toutsurlaretraite.com/

 
 

Réseaux Sociaux