Or : le rôle des taux réels américains dans l’évolution des cours


Malgré un rebond depuis le début du mois de juillet, le cours de l’once d’or à New York (code ISIN : XD0002747026 GC) chute de 20% depuis le début de l’année 2013. Alexandre Hezez, directeur de la gestion de Convictions AM, a livré un élément d’explication de cette baisse à l’occasion de la présentation d’un point de gestion organisé le 24 juillet 2013 à Paris. Le mouvement baissier du métal jaune serait directement lié à l’attitude de la Fed (réserve fédérale américaine) qui cherche à faire remonter les taux d’intérêt réels des obligations américaines.

 

La remontée brutale des taux d’intérêt réels de la T-Note (Treasury note ou bon du Trésor) à échéance de 10 ans orchestrée par la Fed est la « raison pour laquelle l’or a chuté brutalement » au mois de juin de 1.400 à 1.200 dollars l’once, explique le gestionnaire d’actifs.

 

« Le prix de l’or est fonction des taux réels. Quand les taux réels baissent, les investisseurs sont bullish (acheteurs, NDLR) sur l’or. Quand les taux réels montent de manière brutale, l’or chute », résume-t-il.

 

Qu’est-ce qu’un taux réel négatif ?

On dit qu’un taux d’intérêt réel est négatif quand la rémunération d’un actif ou d’un portefeuille est inférieure au taux d’inflation. Autrement dit, sa rémunération nette est négative. Cela se produit généralement lorsque les taux d’intérêts nominaux (les taux auxquels les titres sont émis) sont très faibles. En 2012 et 2013, les obligations d’Etat de plusieurs pays de l’OCDE ont affiché des taux réels négatifs comme les Etats-Unis, l’Allemagne, le Royaume-Uni et même la France, ces émetteurs étant considérés comme des valeurs-refuges pour les investisseurs. Cette situation vient de prendre fin outre-Atlantique, où elle avait débuté fin 2010.

A Paris, le 24 juillet, le lingot d’or cote 33.000 euros contre 40.990 euros au 2 janvier, en chute de 19,5% depuis le début de l’année. La pièce de 10 Francs Napoléon vaut 113 euros, en baisse de 16,3% tandis que le lingotin de 5 grammes est valorisé 170 euros, contre 215 euros au 2 janvier 2013 (-21%)*.


* Sources : CPoR Devises