Où trouver la croissance en Europe en 2012 ?


La société de gestion scandinave Nordea, fait le point sur les perspectives de croissance économique des pays nordiques (Norvège, Suède, Danemark et Finlande) qu'il qualifie de « havres de paix ». La zone devrait continuer à afficher des taux de croissance à faire pâlir le reste des pays européens.

placement, banque, euros, rouage

« Durant la crise, les pays nordiques ont bénéficié du statut de havres de paix sur les marchés financiers, notamment grâce à leurs finances publiques saines, à l’exception de la Finlande, et au solde excédentaire de leur balance des paiements courants », observe Helge J. Pedersen, économiste chez Nordea. Selon lui, ces Etats conserveront leur statut à l’avenir puisque les pays nordiques membres de l’Union européenne sont connus pour leur discipline fiscale et leurs réformes visant à renforcer la durabilité de leurs politiques financières.

Havres de paix

En Norvège, le champion nordique de la croissance d’après l’économiste, l’inflation restera basse et la croissance des salaires relativement modérée. Helge J. Pedersen prévoit que la Banque de Norvège maintiendra ses taux d’intérêt jusqu’en 2013, empêchant ainsi une forte revalorisation de la couronne norvégienne. Le spécialiste présage par ailleurs que, l’économie suédoise rependra dès mi-2012 « son expansion, en affichant des chiffres de croissance décents et une hausse de l’emploi en 2013 lorsque la Riksbank recommencera à augmenter ses taux ».

« L’économie danoise se rétablit : le chômage est en baisse, les consommateurs sont plus positifs, les prévisions pour l’avenir dans le secteur manufacturier continuent de s’améliorer et le taux des exportations est plus élevé que jamais. Sur cette base, nous prévoyons une expansion générale de l’économie danoise de 1,25 % cette année, qui passera à 1,75 % en 2013 », affirme également Helge J. Pedersen. Pour finir, l’économiste anticipe que l’activité économique en Finlande devrait ralentir au cours du premier semestre 2012 et reprendre son envol au second semestre. « Le risque d’une nouvelle récession s’est atténué et nous avons légèrement revu nos prévisions pour la croissance à la hausse : 0,5 % en 2012 et 2 % en 2013 », conclut-il dans un communiqué.