PEA, compte titres : la gestion d’épargne Yomoni se décline


Après l'assurance vie, le mandat de gestion s'ouvre au PEA et au compte titres. La philosophie reste la même : une souscription en ligne, un mandat de gestion organisé autour de profils plus ou moins risqués et des frais plafonnés à 1,6% par an, sans droits de garde ni frais d'ordre de Bourse.  

Yomoni PEA

Pour utiliser le robo-advisor Yomoni, il n’est désormais plus obligatoire d’ouvrir un contrat d’assurance vie. Le produit Yomoni Vie était la seule enveloppe fiscale permettant d’accéder à ce service 100% en ligne de gestion d’épargne clé en main, depuis son lancement en septembre 2015. Désormais, il est possible de confier un PEA (plan d’épargne en actions) ou un compte titres à la start-up parisienne, toujours au travers d’un mandat de gestion. Une extension de l’offre dictée par la demande des premiers clients.

Traitement par Crédit Agricole Titres

« Au bout de 2 ou 3 mois, nos clients en assurance vie nous ont demandé de leur offrir le même service dans leur PEA ou dans un compte titres. Il s’adresse à ceux qui estiment ne pas avoir les armes, ou pas le temps de s’en occuper », relate Laurent Girard, cofondateur et directeur des opérations de la société de gestion, qui espère en particulier recueillir des transferts de PEA. Pour ce faire, la PME s’est associée avec Crédit Agricole Titres, en charge de l’ensemble de la chaîne de traitement (mouvements de portefeuilles, gestion administrative des titres, etc.).

Le PEA Yomoni est par nature réservée aux investisseurs les plus offensifs, correspondant au profil audacieux (ou profil 10) de l’offre. Dans ce cadre, l’utilisateur délègue totalement la composition de son portefeuille à Yomoni, qui effectue sa sélection parmi plus de 1.100 trackers (fonds indiciels cotés ou ETF) et une centaine de fonds indiciels investis en actions européennes. Particularité de l’offre, une « allocation diversifiée mondialement », certains fonds pouvant répliquer la performance d’un indice international en utilisant ce que l’on appelle un swap (ou contrat d’échange de performance).

Diversification mondiale

Objectif affiché : offrir une diversification maximale à l’investisseur, dans et surtout en dehors de la zone euro. Il en résulte un univers d’investissement de 68 ETF et 15 fonds indiciels au sein duquel les gérants piochent en fonction de leur analyse et de leurs anticipations sur les marchés financiers. Actuellement, l’allocation cible du PEA Yomoni est la suivante :

Yomoni allocation PEA
Source : Yomoni

La logique est similaire au sein du compte titres mais l’éventail des profils d’investissement est plus large : il y en a huit, du plus prudent au plus risqué, répliquant à quelques nuances près les portefeuilles investis en dehors du fonds en euros dans le cadre de l’assurance vie.

Les 19 profils de gestion Yomoni et leurs frais annuels TTC
Yomoni recommandation enveloppe

Source : Yomoni

Pour s’offrir ce service, il faut investir un minimum de 1.000 euros et être prêt à souscrire en ligne (une quinzaine de 15 minutes suffisent). Les frais sont proportionnels aux montants gérés : ils se montent à 1,6% TTC par an maximum, dont 0,7% revenant à Yomoni, 0,6% de frais de gestion administrative de l’enveloppe fiscale et 0,3% maximum pour les fonds indiciels. Précision notable : ces tarifs sont « tout compris », sans droits de garde, ni frais de transactions.

Recommandation d’enveloppe fiscale

Last but not least, Yomoni a intégré un service de recommandation d’enveloppe fiscale dans le parcours de souscription du client. « L’outil formule d’abord une proposition de profil qui vous correspond puis l’enveloppe qui vous conviendra le mieux, entre compte titres, assurance vie et PEA », explique Laurent Girard. Préconisation à laquelle il est toujours possible de déroger selon les desiderata et besoins de chacun.

A lire également sur Yomoni
Quand un gérant d’épargne s’inspire de Leclerc pour vanter ses tarifs