PEA-PME : « Opportunité d’investir dans les PME cotées dès 2013 »


INTERVIEW Pour Robert de Vogüé, PDG d'ARKEON Finance, les investisseurs avertis doivent profiter de l'opportunité d'investir dès 2013 dans des valeurs moyennes qui seront éligibles au PEA-PME. Les flux d'épargne devraient favoriser une hausse des cours des small et midcaps concernées.

Robert de Vogüé (ARKEON) favorable au PEA PME

Toutsurmesfinances.com : Quel regard portez-vous sur l’article 53 du projet de loi de finances pour 2014, qui propose la création d’un plan d’épargne en actions dédié aux PME et ETI ?
Robert de Vogüé : Le PEA-PME est d’ores-et-déjà un succès considérable. Je n’entends pas de critiques à son encontre qu’il s’agisse de professionnels de nos marchés, qu’il s’agisse d’émetteurs, qu’il s’agisse d’hommes politiques. La raison est simple : il y a une vraie nécessité de réanimer le segment des PME et ETI cotées en Bourse. 81,3% des sociétés cotées à Paris ne pèsent plus que 4,6% de la capitalisation boursière totale de la place, une proportion en diminution constante depuis 5 ans. Ces sociétés ne représentent que de 2% des volumes de négociations. Il y avait urgence à agir.

 

En quoi la création d’un PEA-PME va-t-elle contribuer au financement des petites et moyennes valeurs ?
Le PEA PME va amener vers ces sociétés un flux supplémentaire d’investisseurs et favoriser une hausse des valorisations. Actuellement, les sociétés qui viennent au-devant des investisseurs pour lever des fonds sont sous-évaluées. Ces opérations doivent se faire avec des décotes extrêmement importantes par rapport à des cours qui sont déjà eux-mêmes décotés. L’afflux de capitaux sur le PEA-PME va permettre de résorber cette décote et favoriser le lancement d’augmentations de capital qui seront moins dilutives pour les émetteurs.

 

Les conditions du PEA PME arrêtées par le gouvernement peuvent-elles être améliorées ?
On peut imaginer plusieurs points d’amélioration. Il faut que les obligations convertibles fassent partie des véhicules utilisables au sein du PEA-PME. Pour l’investisseur, l’intérêt de l’obligation convertible, c’est une prise de risque qui peut être considérée comme moins importante que l’action. Pour l’émetteur, c’est la possibilité d’éviter un mécanisme de dilution du capital : avec un prix de conversion de l’obligation supérieur au cours de bourse actuel, l’effet de dilution sera moins pénalisant pour lui que s’il avait à émettre des actions à l’état pur.

Les critères d’éligibilité des PME-ETI sont-ils satisfaisants ?
Nous ne sommes pas encore tout à fait fixés sur le nombre de sociétés éligibles au PEA PME. Le gouvernement a opté pour un critère peu lisible, la définition de l’Insee de l’ETI. La notion de capitalisation boursière, avec un seuil d’un milliard d’euros, était un critère simple. La notion combinant effectifs, chiffre d’affaires et total de bilan est plus complexe. On ne sait plus très bien, même nous professionnels des small et midcaps, si des sociétés cotées sur Euronext A peuvent être éligibles au PEA-PME, si des sociétés cotées sur le compartiment B ne sont pas éligibles. Il faudra régler cette question-là avant que le projet de loi ne paraisse.

Pour un actionnaire individuel, est-il possible de profiter du PEA-PME dès 2013 ?
Il y aura un effet d’aubaine. On estime entre 3 et 5 milliards d’euros les montants d’épargne drainés par le PEA-PME sur une poche flottante qui représente environ 30 milliards d’euros. Ce flux entrant va entraîner dans un premier temps une hausse des cours. Il faut vous positionner assez rapidement, sans attendre la création du PEA-PME. Pour cela, vous pouvez utiliser au maximum votre PEA existant qui peut être mobilisé dès 2013 pour investir sur ces sociétés. Son plafond de versements est actuellement fixé à 132.000 euros.

Titres vifs ou OPCVM, comment investir ?
Si vous connaissez bien les petites et moyennes valeurs, si investir en direct est habituel pour vous, vous pouvez sélectionner des sociétés qui seront à coup sûr concernées par le PEA-PME. Vous pouvez aussi arbitrer entre des titres qui ne seront pas éligibles au PEA-PME, comme les valeurs de l’indice CAC 40, pour venir vous positionner sur des PME et ETI cotées. Si vous êtes moins averti, il existe déjà une dizaine de fonds PEA qui investissent dans les valeurs qui seront éligibles au PEA-PME. L’an prochain, il y aura des fonds qui seront éligibles, mais ces fonds n’existent pas encore. L’écosystème se mettra en place progressivement courant 2014. Ce laps de temps donnera alors l’opportunité d’investir au travers des titres ou des paniers de PME en direct, avant de trouver les véhicules labellisés PEA-PME.

 

VIDEO : interview de Robert de Vogüé sur le PEA PME