Peugeot allège ses effectifs et grossit en Bourse


Le CAC 40 a achevé la séance du 17 octobre en léger repli à -0,46%, à 4.450,23 points. Les investisseurs attendent de voir si la Banque centrale européenne va ou non augmenter ses taux. Le cours de l'action du groupe PSA a, lui, fini sur les chapeaux de roue après des révélations syndicales sur un nouveau plan massif de départs volontaires.  

Le groupe PSA pourrait supprimer plus de 2.000 postes en 2017, d'après les syndicats

La valeur du jour : Peugeot

PSA pourrait supprimer plus de 2.000 emplois en France en 2017, soit 3% des effectifs, selon des sources syndicales du groupe automobile. Les départs ne seraient pas contraints, mais effectués sur la base du volontariat. Depuis 2013, l’effectif cumulé de Peugeot et de Citroën diminue de 3.000 personnes par an.

Par ailleurs. Le directeur financier de PSA a annoncé, lors d’une conférence de presse organisée le 17 octobre, que le groupe allait devenir l’actionnaire majoritaire du distributeur automobile français Aramisauto. Le constructeur va acquérir 30% du capital détenus par des fonds d’investissement. Le cours de l’action Peugeot grimpe de 1,98% pour atteindre 13,13 euros.

Thalès sur des rails

L’électronicien français et le conglomérat allemand Siemens ont remporté un contrat de 39,3 millions d’euros pour moderniser la signalisation des trains et le contrôle du trafic sur 230 kilomètres de voies entre Madrid et la région de l’Estrémadure, située dans le sud-ouest de l’Espagne et à la frontière du Portugal. Le titre de l’ex-Thomson CSF recule de 0,28% à 82,67 euros.

Dior adore le Brexit

L’afflux cet été de touristes à Londres, attirés par la chute de la livre sterling provoquée par le vote des Britanniques en faveur de la sortie de leur pays de l’Union européenne, a plus que compensé la baisse intervenue à Paris à la suite des attentats de novembre et de juillet, a déclaré à Reuters Sidney Toledano, le PDG de Christian Dior Couture. La capitale française représente 6% des ventes de la marque de luxe. Dior profite également d’un regain d’activité à Hongkong et à Macao. Le cours de l’action est en retrait de 0,47% à 170,45 euros.

BioMerieux refuse d’être assigné

Le spécialiste du diagnostic in vitro a été assigné par 45 patients devant le Tribunal de grande instance (TGI) de Paris en vue d’obtenir réparation d’un préjudice d’anxiété généré par l’absence de fiabilité des tests sérodiagnostics de la maladie de Lyme. Dans un communiqué publié le 17 octobre, la société lyonnaise estime n’avoir commis « aucune faute » et annonce qu’elle s’opposera aux demandes d’assignation. La valeur s’adjuge +0,11% à 137,00 euros.

 Le point sur le marché avec notre partenaire IG