Placements : les conseils de Cholet Dupont dans cette phase de rebond


La société de gestion Cholet Dupont donne des conseils pour piloter ses investissements dans cette phase haussière. Elle préconise notamment d'effectuer quelque arbitrages au sein de la poche action.

placement, bourse, rebond

Cholet Dupont constate que l’embellie se poursuit sur des marchés financiers rassurés par le sauvetage grec et dopés par les liquidités fournies par les Banques Centrales. Elle estime que la stabilisation de l’activité se confirme et que les marchés anticipent la poursuite de la reprise là où elle est la plus forte. « Les marchés actions pourraient facilement progresser de 3 à 5% environ. Si les bonnes nouvelles se poursuivent, les places européennes retrouveront les niveaux de l’été dernier, comme d’autres places l’ont déjà fait », envisage même Vincent Guenzi, le responsable de la stratégie d’investissement chez Cholet Dupont dans sa lettre mensuelle.

Que faire dans ce contexte haussier ? Cholet Dupont réaffirme sa position « neutre » sur les actions et ne recommande pas d’augmenter son exposition à ce type d’actifs. Elle considère plutôt la possibilité « d’effectuer des arbitrages sur les places ou secteurs en retard ». Elle surpondère ainsi l’Inde ou la zone Euro, mais aussi les secteurs matériaux et constructions ou les biens et services industriels. Elle opère également des allègements sur les secteurs produits de base, les services publics ou encore la télécommunication. Néanmoins, la société de gestion rappelle qu’il est toujours difficile de prévoir la fin du mouvement. « Il faut guetter les signes de retournement, comme les statistiques économiques, pour pouvoir agir rapidement », indique Vincent Guenzi.

Du côté des produits de taux, Cholet Dupont conserve ses positions sur les obligations privées, convertibles ou à haut rendement à échéances courtes. A l’inverse, elle réduit sa recommandation sur les obligations des pays émergents à « neutre » en raison de « leur beau parcours ». Concernant les emprunts d’Etat, la société d’investissement reste sous-pondérée sur cette catégorie d’actifs qui offre un faible rendement. Pour conclure, elle investit une partie de ses liquidités en produits de gestion alternative (hedge funds) ou de volatilité.