Plan d’épargne logement : le taux du PEL abaissé à 1,50% en 2016


Le rendement du plan d'épargne logement va être diminué de 2 à 1,50% à partir du 1er février 2016. Le gouvernement a suivi la recommandation du gouverneur de la Banque de France de raboter ce taux, jugé trop élevé. La rémunération du PEL, déjà abaissée de 2,5 à 2% en 2015, continue de chuter.  

Le taux du PEL en baisse constante

Encore un coup dur pour le plan d’épargne logement (PEL). Le gouvernement a annoncé que le taux d’intérêt du PEL va être revu à la baisse au 1er février 2016, passant de 2% brut à 1,50%. Ce rendement avait déjà été abaissé de 2,50 à 2% le 1er février 2015.

« Le taux de rémunération des épargnants par les banques lors de la phase d’épargne du PEL sera de 1,5%, explique le ministère des Finances dans un communiqué diffusé mercredi 13 janvier 2016, évoquant un niveau cohérent avec celui des autres produits d’épargne existant sur le marché. »

Cette officialisation intervient quelques minutes seulement après que le gouverneur de la Banque de France a demandé au gouvernement de diminuer le rendement du plan d’épargne logement, « aujourd’hui anormalement élevé à 2% » selon François Villeroy de Galhau.

Exonéré d’impôt sur le revenu jusqu’à 12 années de détention, le PEL est toutefois soumis chaque année aux prélèvements sociaux de 15,5%. Après CSG-CRDS, le taux d’intérêt net des plans nouvellement souscrits va ainsi tomber de 1,69 à 1,27%.

Seuls les nouveaux plans sont concernés

Ces nouvelles conditions « s’appliqueront aux nouveaux PEL et ne concernent donc pas le stock de PEL existants », rassure Bercy. Pas de panique donc pour les détenteurs d’un plan d’épargne logement. Les épargnants qui souhaitent ouvrir un PEL doivent pour leur part agir avant le 1er février 2016 pour bénéficier de l’ancien taux en vigueur depuis le 1er février 2015. Pour souscrire au plus vite ce produit d’épargne, passer directement par le portail internet de votre banque est une solution à activer afin d’éviter les délais de traitement.

Taux diminué pour les prêts immobiliers

Toutefois, si vous avez déjà un projet immobilier en tête, vous pourriez avoir intérêt à ne pas ouvrir de PEL avant le 1er février 2016. En effet, c’est également à cette date que le taux d’intérêt maximal pratiqué sur les prêts immobiliers obtenus à l’issue de la phase d’épargne sur un plan va être abaissé. De 3,20% depuis le 1er février 2015, il va chuter à 2,70%. « Un taux immobilier de 2,70%, s’il est certes supérieur aux taux bancaires pratiqués actuellement (autour de 2,40% sur 20 ans), reste un taux exceptionnellement bas et rien ne nous permet de dire que dans 4, 5 ou 10 ans, les taux seront à ce niveau », note Maël Bernier, directrice de la communication du courtier en crédit immobilier Meilleurtaux.com.

Si au vu des taux accordés par les banques pour les crédits immobiliers, les conditions du PEL semblent peu attrayantes aujourd’hui, elles pourraient donc se révéler plus intéressantes en cas de remontée des taux d’intérêt dans les prochaines années.

Maintien du taux du Livret A

A l’inverse, le gouvernement a opté pour le maintien de la rémunération du Livret A au 1er février 2016. Suivant ici encore la recommandation du gouverneur de la Banque de France, Michel Sapin a annoncé que le rendement du Livret A, « placement de référence des Français », sera préservé. Cette décision affecte également les Livrets de développement durable (LDD) qui conservent un taux de 0,75%, mais aussi les livrets d’épargne populaire (LEP) et leur rendement de 1,25% ainsi que les comptes épargne logement (CEL) et livrets épargne entreprise (LEE), qui afficheront toujours un taux d’intérêt brut de 0,50%.