Pourquoi le taux du Livret A devrait rester à 1,25% au 1er février 2014


L'Insee a publié mardi 14 janvier 2014 un taux d'inflation de 0,6% sur un an hors tabac à fin décembre 2013. Cette évolution doit aboutir à une baisse de la rémunération du Livret A le 1er février prochain mais le gouvernement pourrait déroger à la formule de calcul et conserver un taux de 1,25%.

Livret A, vers un taux stable malgré une inflation de 0,6% hors tabac ?

Se dirige-t-on vers un troisième coup de pouce à la rémunération du Livret A en un an ? La réponse à la question que se posent les détenteurs des 63,3 millions de Livrets A ouverts fin 2012 devrait être donnée sous peu par le ministre de l’Economie et des Finances Pierre Moscovici. Celui-ci doit annoncer s’il maintient ou non la rémunération du livret d’épargne préféré des Français au 1er février 2014. Non sans avoir consulté préalablement le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, qui doit communiquer sa recommandation sur le taux du Livret A dans les prochaines heures.

 

Taux de 0,75% d’après la formule de calcul

Alors que les statistiques de l’Insee, dévoilées mardi 14 janvier 2014, font état d’une inflation hors tabac limitée à 0,6% en décembre 2013 sur un an glissant, la rémunération du Livret A devrait logiquement se fixer à 0,75%. Celle-ci est en effet basée sur l’évolution des prix à la consommation majorée de 0,25 point et arrondie au quart de point le plus proche.

 

Or, comme l’a affirmé Pierre Moscovici le 7 janvier dernier sur les ondes de RTL, « nous avons d’ores et déjà, avec 1,25%, atteint un taux bas ». Des propos qui laissent peu de doutes sur l’éventualité d’un nouveau coup de pouce au pouvoir d’achat des épargnants, après ceux consentis par le gouvernement et Christian Noyer les 1er février et 1er août 2013. En janvier 2013, le gouverneur de la Banque de France avait mis en avant « des circonstances exceptionnelles » pour limiter la baisse du taux du Livret A de 2,25% à 1,75%, contre 1,50% selon la stricte application de la formule de calcul. Il avait notamment argué qu’une diminution de sa rémunération entraînerait « la baisse des taux des autres livrets bancaires ». Six mois plus tard, le gouverneur de la Banque de France et Pierre Moscovici se mettaient d’accord pour un nouveau coup de pouce d’un quart de point et maintenir la rémunération du Livret A à 1,25% au lieu de 1% selon la formule de calcul. Cette fois encore, le ministre de l’Economie avait mis en avant des « circonstances exceptionnelles pour protéger le pouvoir d’achat du Livret A ».

 

Hausse de l’inflation en vue

Mais malgré les efforts consentis pour maintenir ce pouvoir d’achat, force est de constater que les rendements offerts par les livrets d’épargne réglementée (Livrets A, LDD, PEL, …) comme les livrets bancaires fiscalisés ont périclité ces derniers mois, dans le sillage du taux du Livret A. En atteste la chute de 33% sur une année de la rémunération moyenne offerte par les comptes sur livret en novembre 2013, à 1,19% avant impôt et prélèvements sociaux, selon la Banque de France.

 

Les partisans d’un maintien du taux du Livret A disposent en outre de plusieurs arguments pour faire plier l’exécutif. Ils peuvent entre autres mettre en avant la probable hausse de l’inflation à partir de janvier 2014, suite au relèvement global des taux de la taxe sur la valeur ajoutée effectif depuis le début de l’année. Selon les experts de la Banque de France, cette refonte de la TVA devrait aboutir à une hausse des prix supplémentaire de 0,4%, inflation non prise en compte par la formule de calcul de la rémunération du Livret A au 1er février, qui s’appuie sur les chiffres de décembre 2013. > Lire l’article Livret A : la hausse de la TVA va-t-elle maintenir le taux à 1,25% ?

 

Enfin, les épargnants pourraient avoir du mal à comprendre la logique du gouvernement et de François Hollande. Le chef de l’Etat ayant annoncé un doublement du plafond du Livret A à 30.600 euros avant la fin de son quinquennat, leurs titulaires pourraient se sentir lésés par cette décision. D’autant que le taux du Livret A n’est jamais allé plus bas que 1,25% depuis sa création en 1818.