Pourquoi les Français rechignent à épargner en 2016


Les Français doivent composer avec des taux d'intérêt au plus bas en 2016. Conséquence, ils préfèrent laisser leurs économies sur leur compte courant et n'envisagent pas d'épargner dans les mois à venir.  

Les Français préfèrent garder leur argent sous le coude

Entre leurs livrets d’épargne et leur compte courant, les Français ont choisi. En 2015, leurs dépôts à vue se sont remplis de près de 36 milliards d’euros selon la Banque de France. Dans le même temps, ils ont retiré 8,5 milliards d’euros de leurs livrets. Résultat, les économies des Français laissées sur leurs comptes en banque atteignent 345 milliards d’euros à fin février 2016, soit presque autant que l’épargne cumulée sur les Livrets A et les Livrets de développement durable (LDD) qui se monte à 356 milliards d’euros.

Le Livret A, le pouls de l’épargne

Et cette tendance n’est pas près de changer selon la dernière enquête de l’Insee sur la confiance des ménages. L’indicateur de l’opportunité d’épargner se fixe ainsi à -5 pour les Français en avril, un plus bas depuis le mois d’août 2015 (-6), lorsque le taux du Livret A avait baissé de 1 à 0,75%. Pour retrouver un niveau encore inférieur (-10), il faut remonter à août 2009 et la diminution du rendement du Livret A de 1,75 à 1,25%.

La désaffection des Français vis-à-vis de l’épargne s’explique ainsi plus par l’érosion de la rémunération qui leur est proposée que par un manque d’argent. En effet, l’opinion des personnes interrogées sur leur capacité d’épargne actuelle s’affiche à 9, au-dessus de la moyenne constatée entre 1987 et 2015 (8), et en hausse de 3 points par rapport au mois de mars.

L’assurance vie et le PEL, succès programmé

L’attitude passive des Français vis-à-vis de leurs produits d’épargne ne se traduit cependant pas pour tous leurs placements. Le plan épargne logement (PEL) et l’assurance vie continuent de récolter leurs économies, respectivement 5,4 milliards d’euros pour le PEL sur les deux premiers mois de 2016 et 7,8 milliards sur le premier trimestre pour l’assurance vie. Une raison à cela : le rendement de ces produits, de 2,30% en moyenne pour l’assurance vie en 2015 et de 1,50% pour les nouveaux PEL (davantage pour les anciens). Autre explication, ces produits bénéficient de versements programmés prévus lors de leur souscription. Sur un plan épargne logement, des virements obligatoires doivent être effectués régulièrement, de manière mensuelle, trimestrielle ou semestrielle. Même principe pour l’assurance vie où ces versements sont toutefois facultatifs.

Rien de tel pour les Livrets A, LDD et les livrets bancaires, où, au contraire, les retraits sont facilités et l’argent facilement déblocable. Logique, donc, que les Français délaissent ces produits peu rémunérateurs au profit de leur compte courant.