Prêt aux entreprises : « La diversification, la clé du succès »


INTERVIEW Après son lancement en Belgique en 2012, la plateforme de prêt aux entreprises Look and Fin est ouverte aux Français depuis cette année. Pour son fondateur, Frédéric Lévy Morelle, ce nouvel acteur du crowdlending offre une opportunité de diversification unique aux investisseurs dans l'Hexagone.  

Look and Fin : « Une plateforme de crowdlending doit être globale »

Toutsurmesfinances.com : Pourquoi avoir lancé la plateforme de crowdlending Look and Fin en France ?

Frédéric Lévy Morelle, fondateur et président de Look and Fin : L’objectif de notre plateforme est de répondre aux besoins des entrepreneurs. J’ai travaillé plusieurs années dans des fonds d’investissement de type fonds d’amorçage des PME. Je m’y suis rendu compte qu’il y avait beaucoup de demandeurs et peu d’élus, les opérations n’aboutissant pas car l’investissement en capital soulève de nombreuses questions pour un entrepreneur, comme la valorisation de son entreprise ou la dilution du capital dans le cadre d’une augmentation de capital. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi le financement participatif en prêt.

Look and Fin a été lancé en Belgique en juin 2012. Pour nous ouvrir à la France, cela a été un peu plus long car nous avons été rapidement confrontés au monopole bancaire. Puis la loi a été assouplie au deuxième trimestre 2014 et nous avons pu lancer Look and Fin en France au premier trimestre 2015.

Quel type d’entreprises proposez-vous ?

Nous ciblons des PME (petites et moyennes entreprises, NDLR) matures, qui répondent à trois critères. Elles doivent tout d’abord exister depuis au moins trois ans, avec trois exercices comptables déposés qui nous permettent d’analyser leurs capacités de remboursement. Ensuite, ces entreprises doivent réaliser un chiffre d’affaires d’au moins 300.000 euros. Enfin, ces PME doivent disposer de capacités de remboursement en ligne avec le financement qu’elles recherchent. L’analyse se fait donc au cas par cas.

« Quatre participations dans le portefeuille de nos prêteurs en moyenne »

Visez-vous un secteur en particulier ?

Nous ne favorisons pas un domaine d’activité en particulier : peu importe que ce soit un promoteur immobilier ou une entreprise qui commercialise des drones par exemple. A l’inverse, nous proposons des entreprises intervenant dans des domaines d’activité différents pour permettre une diversification à nos investisseurs. Cette diversification est sectorielle mais également géographique puisque Look and Fin permet à des Français d’avoir des investissements belges en portefeuille et vice versa. Contrairement à de nombreux acteurs du crowdlending en France, nous sommes persuadés qu’une plateforme doit être globale, voire européenne. Nous avons d’ailleurs une très grosse demande belge pour investir en France, comme des Français pour prêter à des entreprises belges.

Vous recommandez donc aux internautes de diversifier leurs prêts…

C’est la clé du succès. Si nous cherchons de la qualité et pas du volume à tout prix, il reste certain que les prêts de ce type sont des investissements à risque car le capital n’est pas garanti. Nous encourageons donc nos clients à se constituer un portefeuille. Ils l’ont bien compris puisque nous recensons plus de quatre participations dans le portefeuille de nos prêteurs en moyenne.

Pour diversifier, il faut en avoir les moyens. A combien se monte votre ticket d’entrée ?

Il est élevé par rapport aux autres plateformes et se situe à 500 euros et parfois 1.000 euros. Mais le montant moyen investi par les internautes sur Look and Fin est de l’ordre de 2.700 ou 2.800 euros, soit bien plus que le minimum demandé. Nous évaluons le portefeuille moyen de nos prêteurs à environ 10.000 euros.

« C’est l’emprunteur qui choisit son taux d’intérêt »

A quel taux d’intérêt un prêteur peut-il placer son argent ?

Les taux d’intérêt annuels proposés sur Look&Fin varient entre 5,5% et 12%. Le taux moyen sur les investissements réalisés à ce stade s’élève à 8,3%.

Comment les conditions du prêt sont-elles arrêtées ?

Contrairement aux autres plateformes en France*, c’est l’emprunteur qui choisit son taux. L’avantage pour le candidat est ainsi d’avoir une visibilité parfaite sur ce que lui coûte l’opération.

Généralement, l’entrepreneur ne connaît pas les conditions de marché et nous lui faisons des suggestions. Nous disposons pour ce faire d’un système de classification de risque développé en interne et basé sur une vingtaine de critères financiers. Nous lui attribuons alors une note qui correspond au risque que nous estimons sur le dossier. Certains emprunteurs peuvent parfois nous dire que le taux est trop élevé mais nous leur expliquons qu’une plateforme de crowdlending comme Look and Fin est une place de marché où l’offre et la demande se rencontrent. Nous leur recommandons d’offrir un taux en ligne avec la classe de risque évaluée. Dans la grande majorité des cas, ils suivent nos suggestions et se fient à notre expérience. 100% des entreprises sélectionnées ont été financées à ce stade.

Propos recueillis par Thibault Lamy

Pour en savoir plus sur le financement participatif
Crowdfunding : relèvement des plafonds, RDV à l’automne 2015
Le crowdfunding voit double en France