Réduire son ISF en investissant dans les PME

Partagez

Et si vous deveniez Business Angel ?

 

Considérés comme les « anges » des PME, ils sont environ 7000 en France : les business angels investissent dans des entreprises et bénéficient de réductions fiscales.

Le principe. Le business angel est un investisseur particulier. Il place son argent dans des PME non cotés, et les aident dans leurs développements. En échange de ce coup de pouce, l’Etat fait un geste et réduit ses impôts.

Impôt sur le revenu. L’investisseur déduit de son impôt sur le revenu (IR) 22% des sommes investies, dans la limite de 18.000 euros de versement par an pour une personne, 36 000 euros pour un couple. Si l’investissement dépasse le plafond, la réduction peut être reportée sur 5 ans.

Impôt de solidarité sur la fortune. Le business angel  déduit de son impôt de solidarité sur la fortune (ISF) 75% de son investissement, dans la limite annuelle de 50.000 € (plafond comprenant toutes les réductions ISF).  

Cumul. Vous ne pouvez pas cumuler la réduction d’impôt sur le revenu et celle sur l’ISF. A vous de choisir laquelle correspond le mieux à votre imposition.

Le profil de l’entreprise. Vous devez investir dans une PME de moins de 250 salariés, réalisant moins de 50 millions d’euros de chiffre d’affaires par an. De plus, vous devez détenir ce capital durant cinq ans.

Comment investir. Il existe différente manière d’investir dans une PME. Vous pouvez le faire de façon directe, soit en passant par un intermédiaire. En passant par une société holding, une société de capital risque, ou un club d’investissement. 

 Où trouvez des investisseurs ?

L’association France Angels regroupe des investisseurs privés et propose des formations : http://www.franceangels.org/

Oséo, l’organisme public de prêts au PME, a lancé un site internet de rencontres entre chef d’entreprises et business angels : http://www.oseo.fr/votre_projet/capital_pme
 

Par ailleurs, la loi TEPA (travail, emploi et pouvoir d’achat) inclut un dispositif pour les personnes payant l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) et qui veulent apporter de l’argent dans une entreprise.

Le contribuable peut ainsi défalquer 75% des sommes versées de l’ISF, dans la limite de 50.000 €.

Pour encourager ce mouvement, Oséo, l’organisme public chargé de soutenir les investissements dans les PME a lancé un site Internet : http://www.capitalpme.oseo.fr/.

Ce dernier fonctionne sur le même principe qu’un site de rencontre : une entreprise qui cherche à lever des fonds s’inscrit, détaille son projet, et les investisseurs intéressés peuvent cliquer sur le profil. « Il y avait un manque » dit-on à la direction.  « Selon une de nos études, 25% des patrons qui veulent ouvrir leur capital ont du mal à trouver des investisseurs. » Lorsque les deux parties sont tombées d’accord, le site les met en contact avec un expert-comptable, afin de finaliser l’opération dans le cadre légal.

Plus d'informations sur : www.toutsurlisf.com

 


 

Réseaux Sociaux