Safti : le réseau de mandataires immobiliers veut lever 3 M€ en Bourse


VIDEO - Safti, réseau de transactions immobilières sans agences physiques, lance une augmentation de capital de 3 millions d'euros à l'occasion de son transfert de cotation du Marché Libre vers Alternext. L'objectif : financer une campagne média nationale pour doper sa notoriété.  

Safti : transfert sur Alternext éligible au PEA PME

Safti : l’immobilier sans agence

Safti est ce que l’on appelle un réseau de mandataires, l’un des principaux en France derrière Capi France, Optim Home ou I@D France. Par opposition aux agences traditionnelles disposant de locaux, Safti opère sans boutiques physiques ni négociateurs immobiliers salariés. La société est organisée autour d’une tête de réseau nationale basée à Toulouse, qui anime un tissu de négociateurs commerciaux indépendants non-salariés, au nombre de 600 au moment du transfert sur Alternext. Ces derniers ont le statut d’agent commercial exerçant leur activité depuis leur domicile, sur le marché de la transaction immobilière (achat-vente) mais pas dans la location ni la gestion locative.

« Ils travaillent depuis chez eux en télétravail. En échange du paiement d’un abonnement mensuel, Safti s’occupe de leur formation, des fonctions support, de la communication et de la diffusion des annonces sur une centaine de sites partenaires comme Se Loger, Le Bon Coin ou Paru Vendu, sachant que 95% des recherches de biens s’effectuent via Internet. Désormais, l’agence physique et les coûts associés n’ont plus vraiment de sens », expose Gabriel Pacheco, président et fondateur de Safti en 2010 (interview vidéo en bas de page).

Commissions inférieures aux agences immobilières traditionnelles

Pour le dirigeant, également actionnaire à 73% avant l’opération, « ce mode d’organisation permet de facturer des honoraires 30% inférieurs à ceux des agences traditionnelles et de redonner du pouvoir d’achat aux Français ». La commission atteint 4% en moyenne contre 5 à 7% pour les agences physiques. « Le montant moyen de nos transactions atteint 150.000 euros. La commission est de 8.000 à 9.000 euros en moyenne dans une agence traditionnelle et de 5.000 à 6.000 euros chez nous, dont environ 70% sont reversés à nos agents contre 35% en agence traditionnelle. A service comparable, les clients paient beaucoup moins cher », détaille-t-il.

Un argument de poids, selon lui, dans le succès des réseaux de mandataires. Autre atout mis en avant, l’agent immobilier Safti fait « tout de A à Z, de la prise de mandat aux négociations en passant par les visites. Les clients apprécient de faire face au même interlocuteur durant toute la transaction ».

Un modèle économique simple

Le modèle économique de Safti repose sur deux sources de revenus :
– 15% du chiffre d’affaires : abonnement mensuel à un « pack » payé par les agents, qui donne accès à des services de formation, d’accompagnement, de diffusion des annonces sur Internet, de réalisation des cartes de visite. Le prix est de 199 euros par mois au-delà d’une période de bienvenue de 3 mois, tarifée à 99 euros mensuels.
– 85% du chiffre d’affaires : honoraires dont une quote-part de 70% minimum est rétrocédée aux agents commerciaux.
La récurrence de l’activité est donc assez faible, la croissance étant tirée principalement par l’accroissement du nombre d’agents sous contrat, la hausse des prises de mandat de vente induite et l’amélioration attendue de l’efficacité des agents au fil des ans.

Levée de fonds de 3 millions d’euros éligible au PEA et au PEA PME

Safti est (discrètement) cotée sur le Marché Libre d’Euronext Paris depuis le 22 juin 2012. La présente augmentation de capital de la société prévoit l’émission de 240.000 actions, un nombre pouvant être porté à un maximum de 276.000 en cas d’exercice intégral de la clause d’extension. La fourchette de prix étant fixée entre 11,80 et 13,70 euros (à comparer à un dernier cours de 7,60 euros sur le Marché Libre avant la suspension de cotation), la société pourrait lever entre 2,8 et 3,8 millions d’euros avant déduction des frais de l’opération. Sans rallonge et en milieu de fourchette, la levée de fonds atteindrait 3 millions d’euros. Une somme qui va permettre de restaurer la situation financière de la société, dont les fonds propres sont encore négatifs de près d’un demi-million d’euros au 30 juin 2014.

Les actions émises sont éligibles au plan d’épargne en actions (PEA), au PEA PME, mais pas aux dispositifs de défiscalisation de l’impôt sur le revenu (Madelin) ou de l’ISF (Tepa).

Développer la notoriété par un plan media massif

Sur le plan opérationnel, l’objectif de l’opération est clairement affiché : il s’agit de développer la notoriété de la marque. « Safti est encore inconnu du grand public. Nous n’avons jamais fait de communication à grande échelle, la levée de fonds va nous permettre de passer un cap pour nous faire connaître des vendeurs, des acheteurs et des candidats à notre réseau », explique Gabriel Pacheco.

Une première campagne TV, radio et Internet est en préparation en vue d’un lancement en 2015. Le budget total de ces campagnes est estimé à 3 millions d’euros sur deux années dont l’essentiel sera financé par l’augmentation de capital (environ 70% des fonds levés) et le solde par les flux de trésorerie générés par l’activité.

Un développement rapide

Les dirigeants de Safti comptent sur les retombées des campagnes de communication pour accélérer le recrutement d’agents commerciaux et la prise de mandats. La société a pour objectif de réaliser à l’horizon 2017 un chiffre d’affaires de 30 millions d’euros assorti d’une rentabilité d’exploitation d’environ 12%. Un essor qui s’inscrirait dans le prolongement d’un développement très rapide depuis sa création en 2010 : de 0,837 million d’euros en 2011, le chiffre d’affaires a grimpé à 3,38 millions en 2012 et à 6,81 millions en 2013. Au premier semestre 2014, Safti a réalisé un chiffre d’affaires de 4,36 millions d’euros, en progression de 62% par rapport au premier semestre 2013, sur un marché pourtant atone. Le seuil de la rentabilité a été atteint en 2013.

Selon les analyses d’Invest Securities, l’établissement financier chargé de l’opération, les dépenses de communication et de marketing devraient peser sur les résultats en 2015 (attendus en pertes) et en 2016 avant de croître fortement à partir de 2017.

 

 

Modalités du transfert de Safti sur Alternext et de l’augmentation de capital

– Calendrier
30 septembre 2014 : obtention du visa de l’Autorité des marchés financiers
1er octobre 2014 : ouverture de la souscription
15 octobre 2014 : clôture de l’offre
16 octobre 2014 : fixation du prix et première cotation sur Alternext
21 octobre 2014 : premières négociations en séance
– Fourchette de prix indicative : 11,80 – 13,70 euros (milieu de fourchette : 12,75 euros)
Eligibilité : PEA, PEA PME, compte-titres
– Code ISIN : FR0011233261
– Code mnémonique : ALSFT

A lire aussi sur les IPO
Introduction en Bourse de Spie : faut-il souscrire ?
Elis, One Access, OSE Pharma, Safti… les IPO de retour