SIIC : sous-performance de l’immobilier coté à la Bourse de Paris


L'indice IEIF SIIC France des sociétés foncières cotées en Bourse fait moins bien que l'indice CAC 40 depuis le début de l'année 2013. Une réaction aux perspectives moroses du secteur en matière de revenus locatifs pour 2014, selon La Française AM.

L'immobilier coté a moins la cote en 2013

L’immobilier coté est-il boudé par les investisseurs ? Les foncières ayant opté pour le statut SIIC (sociétés d’investissements immobiliers cotées) affichent depuis le début de l’année 2013 une contreperformance relative boursière par rapport aux actions traditionnelles : à fin octobre, « l’indice IEIF SIIC France a ainsi augmenté de 14,1 % (dividendes réinvestis), alors que l’indice CAC 40 a augmenté de 21,11 % », constate la société de gestion La Française AM dans sa lettre mensuelle de novembre dédiée à la gestion immobilière.

Toutefois, cette sous-performance s’est atténuée durant le mois d’octobre, l’immobilier coté ayant gagné 4,22% alors que dans le même temps, le CAC 40 n’a progressé que de 1,94%.

 

Première baisse de l’indice d’indexation des loyers depuis fin 2009

Pourquoi les cours de Bourse des SIIC sont-ils à la traîne du rebond dont bénéficient les actions ? La Française AM invoque un marché immobilier difficile « dont l’amélioration n’est pas prévue avant plusieurs trimestres ». Pour les experts de la société de gestion, les revenus locatifs des foncières « restent contraints par la faiblesse de la demande, l’érosion des loyers économiques, ainsi que par une indexation anémiée des loyers ». Ainsi, l’indice du coût de la construction (ICC) utilisé pour la revalorisation des loyers a baissé de 1,74 % entre le deuxième trimestre 2012 et le deuxième trimestre 2013 selon l’Insee qui le calcule. Il s’agit de la première diminution de l’indice en glissement annuel depuis le quatrième trimestre 2009.

Dans ces conditions, les foncières réagissent. « Pour faire face, les stratégies de recentrage et d’optimisation des patrimoines se poursuivent, à l’image de Gecina qui a cédé pour 834 millions d’euros d’immobilier en 2013, ou de Klépierre qui a annoncé le quasi-achèvement de son désengagement du secteur des bureaux », observe La Française AM.

 

A lire aussi sur le même thème
SIIC : taux de distribution des dividendes relevés dès 2014
PEA-PME : les SIIC ne seront pas éligibles