Solvay en tête du CAC 40, dopé par ses résultats


 La Bourse de Paris s'affiche dans le rouge, plombée par les valeurs bancaires et celles liées aux matières premières. Le CAC 40 recule de 1,59% à 4.371,98 points. Le chimiste belge Solvay figure en tête de l'indice, tandis que Sopra Steria survole le SBF 120.

Le CAC 40 repart dans le rouge

 
La valeur du 3 mai 2016 : Solvay

Le chimiste belge a réalisé un chiffre d’affaires net en repli de 5,6% au premier trimestre 2016, à 2,93 milliards d’euros. Son excédent brut d’exploitation (Ebitda) ressort en revanche en amélioration de 1,6%, à 602 millions d’euros, soit un résultat supérieur au consensus Reuters. Le management table toujours sur la croissance de cet indicateur sur l’ensemble de l’année.

La société a par ailleurs signé un accord sur la vente de sa participation de 70,59% dans Solvay Indupa, une filiale implantée au Brésil et en Argentine, au groupe brésilien Unipar Carbocloro. La transaction s’effectuera sur la base d’une valeur d’entreprise de 202,2 millions de dollars, soit environ 175,4 millions d’euros. La valeur bondit de 4,34%, à 92,74 euros, et prend la première place du CAC 40.

BNP Paribas affiche un bénéfice net en progression

La banque a vu son produit net bancaire diminuer de 2% au premier trimestre 2016, à 10,84 milliards d’euros, mais son bénéfice net part du groupe s’est dans le même temps accru de 10,1%, à 1,81 milliard d’euros.

La baisse du coût du risque (- 27,5%), observée notamment dans les banques de détail en Europe, a permis de compenser la chute des activités de marchés, alors que les deux premiers mois de l’année ont été marqués par un plongeon des places boursières. Le titre lâche 1,01%, à 45,50 euros, alors que le secteur bancaire s’affiche en fort repli.

Areva n’exclut pas des falsifications dans des dossiers au Creusot

Le spécialiste du nucléaire n’exclut pas des falsifications dans des dossiers de suivi de fabrications passées de son site du Creusot en Saône-et-Loire, a indiqué lundi une porte-parole du groupe, confirmant une information des Echos, rapporte Reuters.

Areva avait annoncé vendredi que l’audit en cours sur cette usine, où des composants clés sont produits pour les réacteurs EPR, avait révélé des anomalies relevant « d’actions du passé ». Avec le fonctionnement actuel du site, de tels soucis ne pourraient pas se reproduire, a précisé la direction dans un communiqué. EDF doit reprendre l’activité réacteurs de la société en 2017. Le titre de l’électricien perd 6,06% et finit avant-dernier de l’indice SBF 120, tandis qu’Areva chute de 7,41%, à 4,41 euros.

Sopra Steria confirme ses objectifs annuels après un bon premier trimestre

L’entreprise de services numériques a fait part d’un chiffre d’affaires en croissance de 4,7% au premier trimestre 2016, dont 3,3% en organique, à 913,2 millions d’euros. L’éditeur de logiciels a notamment bénéficié du dynamisme de l’activité en France. Pour l’ensemble de l’exercice, la direction confirme son objectif d’une hausse organique des revenus comprise entre 3 et 5%, ainsi que d’un résultat opérationnel d’activité supérieur à 7,5%.

Le cours de Bourse décolle de 12,45%, à 114,70 euros, et Sopra Steria caracole en tête de l’indice SBF 120.

CGG a vu ses revenus chuter

La société parapétrolière affiche des revenus en forte baisse au premier trimestre de l’année. Son chiffre d’affaires est tombé à 313 millions de dollars, contre 570 millions lors des trois premiers mois de 2015. Pénalisé par la réduction des budgets d’exploration des compagnies pétrolières, le géophysicien a néanmoins confirmé viser une dette nette inférieure à 2,4 milliards de dollars fin 2016. Elle atteignait 2,1 milliards au 31 mars. Le titre cède 3,90%, à 0,74 euros.