Sycomore AM apprécie les pays émergents


Les pays émergents : stop ou encore ? La société de gestion de la place parisienne Sycomore Asset Management, estime que le moment est opportun à court terme mais également à moyen-long terme pour investir sur la zone.

placement, outremer

« Nous pensons que structurellement les pays émergents ont un intérêt. Ils offrent une croissance forte et durable, les classes moyennes sont en train de se développer notamment en Chine et en Inde, toute comme la consommation intérieure. L’urbanisation est également un facteur positif », indique Stanislas de Bailliencourt, gérant senior chez Sycomore AM. Une preuve du fort développement de l’urbanisation : la Chine compte désormais plus d’habitants urbains que de ruraux. A horizon plus lointain, la société d’investissement reste donc confiante sur la zone.

Cet optimisme se retrouve également à court terme. « Plus tactiquement, les pays émergents ont baissé de 15 à 20% en moyenne en 2011, alors que le résultat des entreprises a progressé de 10% à 15% selon les pays l’an passé. En 2012, ils devraient également progresser d’une dizaine de pourcents. Il y a une vraie dynamique, c’est ce qui a renforcé l’attractivité de la zone en terme de valorisation », relève Stanislas de Bailliencourt.

Comment investir sur la thématique ? Sycomore Asset Management recommande les fonds de « stock picking » (sélection d’actions, ndlr) avec des gérants locaux puisqu’ils permettent d’investir sur tous les types de sociétés, en particulier les petites et moyennes entreprises bien exposées à la croissance locale. Autre alternative, les ETF, plus communément appelés « trackers », poussent l’investisseur à se limiter à quelques grandes valeurs, selon la société de gestion. Prenant en exemple un ETF sur la Russie, le gérant de Sycomore AM précise ainsi que 4 ou 5 valeurs représentent jusqu’à 60% du fonds indiciel.