Taux du Livret A : « Garder un taux à 1,75% aurait été un bon signe »


INTERVIEW – Le ministre de l'Economie et des Finances Pierre Moscovici a confirmé la baisse du taux du Livret A à 1,25% au 1er août. Pour le délégué général de l'association de consommateurs CLCV François Carlier, cette décision va pénaliser les revenus les plus modestes.

livret, a, epargne, taux, remuneration, clcv

 

Toutsurlesplacements.com : La baisse du taux du Livret A à 1,25% au 1er août est-elle une mesure juste ?

François Carlier, délégué général de l’association Consommation, logement et cadre de vie : Garder la rémunération précédente du Livret A de 1,75% aurait été un bon signe même si la baisse de ce taux n’est pas une mesure scandaleuse. Ce qui justifie la décision du gouvernement, c’est notamment la diminution de l’inflation. Or, la hausse des prix à la consommation est de plus en plus volatile et principalement liée à l’évolution des prix des matières premières. Et rien ne dit que ces derniers ne vont pas repartir très vite à la hausse. Dans ce cas, il faudra relever la rémunération du Livret A…

Même si il y a une formule de calcul du taux du Livret A, ce qui n’est pas une mauvaise chose, il ne faut pas y être rattachée de manière trop mécanique.

Quel va être l’impact de cette mesure sur les épargnants ?

On pense que les ménages à hauts revenus vont retirer l’épargne de leurs Livrets A et la placer dans des investissements plus rémunérateurs, comme des produits obligataires. Les ménages à revenus modestes vont en revanche rester sur ce support qui constitue une épargne de précaution, sure et liquide. Ce qui est certain, c’est que l’on touche aux bas de laine anti coup dur de ces petits épargnants.

La hausse du plafond du Livret A et du Livret de développement durable (au 1er octobre 2012 et au 1er janvier 2013, ndlr) profite aux revenus les plus élevés tandis que la baisse du taux de ces livrets pénalise les revenus plus modestes. La conjonction de ces mesures ne présente pas de caractère social.

La promesse de François Hollande de préserver le pouvoir d’achat du Livret A est-elle respectée ?

Je le répète, baisser la rémunération du Livret A n’est pas une mesure scandaleuse et François Hollande respecte son engagement. Mais un ensemble de mesures joue en défaveur des consommateurs. Les épargnants ne comprennent pas que l’on augmente de 5% le prix de l’électricité (aux mois d’août 2013 et 2014, ndlr) et que dans le même temps on diminue le taux du Livret A. C’est véritablement l’addition de ces décisions qui pose problème.

De plus, je me permets de remarquer que la baisse de l’inflation et des taux directeurs de la BCE (Banque centrale européenne, ndlr) amène à une baisse sensible du taux du Livret A. Cette même baisse n’a pas été appliquée aux taux de crédit immobilier et les banques ont pu largement reconstituer leurs marges. Le gouvernement ne présente pas le même activisme quand il s’agit des ménages.

Propos recueillis par Thibault Lamy

 

Sur la baisse du taux du Livret A
Taux du Livret A : déçus, les Français cherchent des alternatives (micro-trottoir video)
« Les épargnants victimes d’un hold-up »
Les taux des Livrets A, Bleus, LDD, LEP et CEL au 1er août 2013
Notre fiche sur le Livret A