Trou d’air pour Airbus en Bourse


De nouveau soutenue par les cours du pétrole et le secteur bancaire, la Bourse de Paris enchaîne une deuxième séance d'affilée dans le vert. Le CAC 40 progresse de 0,22%, à 4.312,63 points. A contre-courant, Airbus affiche une trajectoire descendante.

Le CAC 40 enchaîne une deuxième séance dans le vert

La valeur du 11 avril 2016 : Airbus Group

Après le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne ont suspendu les crédits à l’exportation accordés à l’avionneur européen, rapporte Reuters. Cette décision intervient alors que l’agence britannique en charge de ce type de crédits a transmis un dossier concernant Airbus au Serious Fraud Office (SFO), l’organe chargé de la lutte contre les délits et crimes économiques outre-Manche.

Le constructeur aéronautique avait informé l’UK Export Finance (UKEF) de « certaines inexactitudes » dans des demandes de garanties de crédit qui ne mentionnent pas le rôle joué par des intermédiaires à l’étranger. Les garanties à l’exportation ne concernant qu’environ 6% des livraisons, l’impact de ces suspensions de crédit sur l’activité serait pour le moment limité. Le cours de l’action lâche 2,02%, à 56,35 euros, et Airbus finit lanterne rouge du CAC 40.

Scor : Covéa devient le premier actionnaire avec 7,67% du capital

Le réassureur Scor a vu Covéa porter sa participation à 7,67% dans son capital, contre 2,03% auparavant. Le groupement mutualiste, qui rassemble MMA, MAAF et GMF, détient désormais 7,94% des droits de vote. Il n’entend pas dépasser le seuil de 10% du capital, « sauf évolution significative de la stratégie ou de la structure actionnariale », indique-t-il dans un communiqué.

Covéa serait ainsi devenu le premier actionnaire de Scor devant la société nippone Sompo Japan Nippokoa Holdings, souligne Les Echos. Le titre du réassureur engrange 1,84%, à 30,18 euros.

Société générale : le siège perquisitionné dans le cadre des « Panama papers »

Le siège de la banque à Paris a été perquisitionné mardi dernier. L’opération s’est déroulée dans le cadre de l’enquête préliminaire ouverte par le parquet national financier pour « blanchiment de fraudes fiscales aggravées ».

Elle fait suite aux révélations des « Panama papers », a précisé dimanche un porte-parole de la banque. La Société générale aurait créé 979 sociétés offshore pour le compte de clients, via le cabinet d’avocats panaméens Mossack Fonseca. Le cours de l’action s’adjuge 1,02%, à 31,20 euros.

Vivendi rachète Mediaset Premium en Italie

La société de communication et de divertissement a conclu un accord avec Mediaset qui prévoit un échange de participations de 3,5% et le rachat par Vivendi de 100% de Mediaset Premium, la filiale de télévision payante du groupe de médias italien.

Cette transaction permet à l’entreprise française de porter sa base d’abonnés individuels en Europe « à plus de 13 millions, dans un marché italien offrant d’importantes perspectives de croissance », précise la direction dans un communiqué. Le titre Vivendi abandonne 0,16%, à 18,39 euros.

Renault et des fournisseurs vont investir plus de 900 millions d’euros au Maroc

La marque au losange et certains de ses fournisseurs vont investir 10 milliards de dirhams au Maroc, soit environ 912 millions d’euros, a déclaré le ministre de l’Industrie marocain, sans préciser la part que le constructeur automobile français versera. L’accord signé devrait générer 20 milliards de dirhams de revenus, a confié Moulay Hafid Elalamy à Reuters. Le cours de Bourse prend 0,73%, à 82,40 euros.