Un label « ISR » public d’ici la fin 2014


Le ministre des Finances, Michel Sapin, a annoncé qu'un label pour l'investissement socialement responsable (ISR) verra le jour d'ici quelques semaines. L'objectif est d'orienter l'épargne des ménages vers des entreprises qui respectent des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance.    

bercy

Un label « simple, clair et lisible » pour l’investissement socialement responsable (ISR). C’est ce qu’a annoncé le ministre des Finances et des comptes publics, Michel Sapin, le 1er décembre 2014.

Afin d’encourager cette forme de placement auprès des épargnants, « un label distinguant des fonds d’investissement s’inscrivant dans une démarche d’investissement socialement responsable sera mis en place dans les prochaines semaines », a avancé le locataire de Bercy. Objectif : permettre à l’investisseur d’identifier plus facilement les fonds ISR et ainsi orienter l’épargne des ménages vers les entreprises vertueuses. Pour rappel, l’ISR concilie épargne et application du développement durable. Plus précisément, il constitue un type de placement financier qui respecte les critères de l’ESG, soit l’environnement, le social et la gouvernance, en plus des critères financiers classiques. Différentes catégories d’investissement sont touchées par l’ISR : actions et obligations d’entreprises publiques ou privées ou encore emprunts d’Etat.

 

>> Comment souscrire à un ISR

 

Plus de clarté pour l’épargnant

Mais pourquoi un label ISR alors qu’il en existe déjà plusieurs ? Le plus reconnu d’entre eux, le label Novethic (filiale de la Caisse des Dépôts), n’est déjà accordé qu’aux entreprises vertueuses en matière de développement durable. Interrogé à ce propos par Toutsurmesfinances.com, Michel Sapin a plaidé en faveur d’« une standardisation et une homogénéisation qui permettra aux épargnants de faire des choix en toute connaissance de cause sans avoir à faire des comparaisons avec plusieurs labels existants ».

Ce qui va concrètement changer, c’est la reconnaissance publique qui va de pair avec la création de ce nouveau label ISR, réclamé depuis de nombreuses années par les acteurs du secteur. Dans l’avenir, l’épargnant pourra ainsi se fier à ce label « public » et avoir la certitude que ses économies sont bel et bien investies dans des entreprises qui respectent des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance. Bercy espère « orienter une proportion significative des investissements publics et privés vers les entreprises les plus vertueuses ».

 

A lire également :
ISR : « Pas encore une priorité pour les banques »

 

Et l’enjeu est de taille : l’encours de l’épargne des ménages a dépassé la barre des 4.000 milliards d’euros pour la première fois en 2014.