Viadeo en Bourse pour devenir le cabinet de recrutement du XXIème siècle


L'introduction en Bourse de Viadeo est ouverte jusqu'au 1er juillet 2014. Les fonds levés visent à accélérer la pénétration du réseau social professionnel en Chine et à supplanter les méthodes traditionnelles d'embauche.  

Viadeo : IPO jusqu'au 1er juillet 2014

Viadeo cultive sa différence. Souvent comparé à son concurrent américain LinkedIn, le réseau social professionnel s’en distingue à plus d’un titre. En témoigne le choix d’une introduction en Bourse à Paris, prévue le 1er juillet 2014. Un parti pris qui n’avait rien d’évident sur le papier : la société cofondée en 2004 par Dan Serfaty et Thierry Lunati aurait pu se coter aux Etats-Unis, comme LinkedIn ou Criteo, autre success story du numérique en France qui compte comme Viadeo la société de capital-investissement Idinvest Partners parmi ses actionnaires financiers.

Stratégie « multi-locale »

« Nous avions vraiment envie de faire cette IPO (acronyme introduction en Bourse en anglais, NDLR) en France. C’est notre berceau, nous y sommes numéro un avec près de 9 millions de membres, c’était logique compte tenu du poids de la France (95% des 31 millions d’euros enregistrés en 2013, NDLR) dans notre chiffre d’affaires », souligne Dan Serfaty, PDG de Viadeo qui entend bien profiter des retombées médiatiques de l’opération sur le marché hexagonal du recrutement en ligne. Et pour le dirigeant, la capitalisation boursière, proche de 200 millions d’euros si l’entrée en Bourse est couronnée de succès, apparaît satisfaisante. « Nous n’avions pas besoin d’aller aux Etats-Unis pour chercher une valorisation : les multiples de revenus (valeur égale à 5 années de chiffre d’affaires avant l’IPO, NDLR) devraient valoriser la société correctement », estime le PDG.

Mais plus encore que la place de cotation choisie, Dan Serfaty revendique une stratégie différente. « Il n’y a pas une façon d’appréhender le marché du réseau social professionnel. Viadeo et Xing (homologue allemand de Viadeo et LinkedIn, NDLR) prouvent que notre approche fait sens. Chaque pays a ses pratiques, des fonctionnalités différentes, requiert des partenariats locaux avec des équipes locales. Il ne s’agit surtout pas de traduire le site dans d’autres langues », expose le cofondateur de Viadeo, chantre d’une « stratégie multi-locale ».

Taille critique à 50 millions de membres pour Tianji

Après avoir renoncé à l’Inde mi-2013 moins de quatre ans après le rachat de la société locale ApnaCircle, le groupe a fait le choix de se concentrer sur quatre zones : la France, l’Afrique francophone (plus de 3 millions de membres), la Russie dans une filiale détenue à parité avec le groupe média russe Sanoma (près d’un million de membres) et surtout la Chine, grand réservoir de croissance du groupe et plus important marché de l’emploi au monde. Viadeo y opère sous la marque Tianji, leader avec 20 millions de membres pour un vivier d’environ 600 millions d’internautes. Une filiale où la monétisation de l’audience et de la base d’abonnés n’a pas véritablement commencé, avec seulement 3% du chiffre d’affaires 2013. Le groupe a l’intention d’y investir massivement pour conserver son avance et atteindre la barre symbolique des 50 millions de membres sur le moyen terme. Une taille critique qui, conjuguée aux fonctionnalités spécifiques apportées depuis plusieurs mois, vise à faciliter la génération de revenus. Pour cela, Dan Serfaty compte s’appuyer sur A Capital, nouvel investisseur financé notamment par CIC, le fonds stratégique d’investissement chinois.

Les fonds levés – de 29,4 à 41,6 millions d’euros – vont également servir à renforcer les équipes commerciales. Le but, profiter de la désintermédiation du marché du recrutement, les employeurs pouvant se passer de cabinets de recrutement en accédant directement à des profils qualifiés, plus en phase avec leurs besoins et mis à jour par les membres eux-mêmes. Ce que Dan Serfaty qualifie de « nouvelle révolution du marché de l’emploi ». Des opérations de croissance externe pour accélérer ce développement commercial, notamment en Chine, ou pour acquérir des technologies complémentaires sont également envisagées.

Absence de visibilité sur les résultats en Chine

Déficitaire en 2013 en raison des coûts de développement de Tianji, de l’abandon de certains marchés et de la refonte de sa plateforme technologique, Viadeo entend devenir très rentable « d’ici 3 à 5 ans », exclusion faite de la Chine. Hors éléments non-récurrents, la France affiche une rentabilité brute d’exploitation (Ebitda ou EBO) de 3,7%. Un ratio que le management veut porter à 20% à moyen terme, grâce à la croissance de ses revenus publicitaires et plus encore de ses services de recrutements et de formation. La croissance annuelle moyenne de cette ligne de revenus « devrait être supérieure à 35% à moyen terme », affirme la direction.

La période de souscription est ouverte jusqu’au 30 juin pour les personnes physiques, le lendemain pour les investisseurs institutionnels, à un prix compris entre 17,10 et 20,90 euros par action. En cas de succès, les premiers échanges sur Euronext Paris interviendront le 2 juillet 2014.

 

IPO de Viadeo : fiche de modalités

Libellé : VIADEO
Code ISIN : FR0010325241
Code Mnémonique : VIAD
Eligibilité PEA PME : oui
Marché de cotation : Euronext Paris, compartiment B
Fourchette de prix indicative : 17,10 à 20,90 euros (prix médian : 19 euros)

Calendrier de l’opération
:
– 30 juin 2014 : clôture de la période de souscription
– 1er juillet 2014 : fixation du prix
– 2 juillet 2014 : début des négociations sur Euronext
– 4 juillet 2014 : règlement-livraison des actions