WeSave.fr, une alternative à la banque privée 100% en ligne

Partagez

Mettre l'humain au centre dans un environnement entièrement numérique. WeSave.fr tente de réinventer la gestion de patrimoine pour une clientèle haut de gamme via un service en ligne qui s'appuie autant sur la technologie que sur un accompagnement associant gérants d'actifs et conseillers financiers.

wesave, epargne en ligne

 

Allier le meilleur de l'humain, de la technologie et des mathématiques financières pour gérer le patrimoine des Français aisés. Tel est l'axiome de WeSave.fr, nouvelle solution de gestion d'épargne en ligne lancée mardi 19 avril 2016 par la société Fintech Anatec.

Objectif de 50.000 euros par client

WeSave se veut résolument haut de gamme. « Notre ambition est de proposer un service proche de celui d'une banque privée », revendique Jonathan Herscovici, co-fondateur et président d'Anatec. A l'horizon 2020, la start-up vise 20.000 clients lui confiant en moyenne 50.000 euros d'avoirs. Pour y parvenir, elle a enrôlé 7 personnes habilitées à proposer du conseil financier et 3 dédiées au conseil patrimonial. Une équipe complétée par deux gérants de portefeuille, l'un en charge de l'allocation d'actifs et l'autre qui apporte son expertise dans les produits indiciels (ETF ou trackers).

Pour « réinventer la gestion de patrimoine », WeSave aborde le client avec une approche centrée non pas sur la performance, mais sur les projets : financer sa résidence secondaire, préparer sa retraite, ou sa succession... Pour chaque besoin, le client devra souscrire un contrat d'assurance vie sans frais sur versements dénommé WeSave Patrimoine, le seul pour le moment disponible en attendant d'autres, et accessible à partir de 10.000 euros.

Bilan préalable

Autorisé à prendre les commandes en optant pour la gestion libre du contrat, l'utilisateur a alors le choix entre le fonds en euros à capital garanti Suravenir Rendement (taux de rémunération de 2,90% en 2015) et une sélection réduite de 18 fonds parmi lesquels les incontournables Carmignac Patrimoine (diversifié et international) ou Moneta Multi Caps (actions françaises). Mais pour Jonathan Herscovici et Zakaria Laguel, les cofondateurs de la société, l'intérêt des clients est ailleurs. Le fondement de l'offre repose sur la délégation totale, qui permet de bénéficier de l'ensemble des prestations qu'ils ont imaginées.

« Nous proposons un service haut de gamme animé par des conseillers en gestion de patrimoine (CGP). Nous attachons une importance toute particulière à l'entrée en relation avec un CGP dédié qui permet de faire un état des lieux, de définir les projets et de déterminer le profil de gestion le plus adapté (10, plus ou moins risqués, comportant de 0 à 45% de fonds en euros, NDLR) », souligne Zakaria Laguel. Ce contact préalable peut s'effectuer par téléphone, visio-conférence ou rendez-vous physique rue du Sentier à Paris pour ceux qui habitent en Ile-de-France.

Le contrat WeSave Patrimoine est alors configuré dans le cadre d'un mandat d'arbitrage où les frais annuels de gestion sont majorés de 0,70% par rapport à la gestion libre, soit 1,30% par an au total. Une fois le délai de renonciation passé (30 jours où l'épargne est mise en attente sur le support à capital garanti), l'argent est réparti entre une dose plus ou moins importante de fonds en euros et un éventail de 82 trackers, des supports choisis pour la diversification qu'ils procurent et la modicité de leur frais, compris entre 0,1% et 0,3% par an.

Après la souscription, un accompagnement se met en place durant la vie de l'épargne financière du client, avec une réévaluation possible du profil de gestion (sans frais) selon l'évolution de sa situation personnelle ou des conditions sur les marchés financiers. Les portefeuilles peuvent être modifiés jusqu'à deux fois par semaine.

La technologie au service du client et des gérants

Et la technologie dans tout ça ? Elle saute aux yeux en se rendant utile, lorsque les paramètres du projet ne permettent pas d'atteindre l'objectif souhaité : dans ce cas l'épargnant doit augmenter son effort d'épargne et/ou allonger sa durée d'investissement d'un simple glissement de souris pour atteindre le montant de capital visé à terme. Impossible en revanche de prendre des risques au-delà des termes convenus dans la définition de son profil. Autres signes ostensibles du tournant numérique opéré par WeSave, les nombreuses vidéos pédagogiques intégrées à la plateforme ou la signature électronique qui permet de souscrire intégralement en ligne. Une opération qui n'est pas encore la norme pour les contrats d'assurance vie vendus sur Internet.

La technologie est moins visible mais tout aussi présente dans la gestion des portefeuilles : les gérants « s'appuient sur une méthodologie de risk management lauréate du concours mondial d'innovation » en 2014 relève Zakaria Laguel. En d'autres termes, l'analyse humaine des marchés financiers est assistée par des outils de surveillance des marchés financiers pour ne pas dépasser le niveau de perte maximum accepté par le client. Une façon de montrer que WeSave est bien plus qu'un simple robo-advisor apportant un conseil automatisé.

Perp, SCPI et contrat luxembourgeois en vue

Le contrat d'assurance vie WeSave Patrimoine est le premier né d'une famille de produits qui a vocation à s'agrandir au cours des mois et des années à venir : sont en préparation les lancements d'un contrat de capitalisation, d'un Perp (plan d'épargne retraite populaire), d'un contrat d'assurance vie faisant la part belle aux fonds immobiliers de type SCPI et d'une assurance vie luxembourgeoise.

A côté de ces produits, Anatec entend proposer un service d'agrégation de comptes pour apporter une vue d'ensemble de son épargne, un peu à la manière du Money Center de Boursorama ou des applications de type Linxo, Bankin' ou LaFinbox. A plus long terme, Jonathan Herscovici et Zakaria Laguel envisagent de mettre à disposition des systèmes de gestion conseillée sur des placements opérés par d'autres établissements, probablement sur abonnement.


A lire également sur l'innovation dans la gestion d'épargne
- Marie Quantier ou l’intelligence artificielle appliquée à l’assurance vie

 

Réseaux Sociaux